Vous êtes ici : Accueil > Domaines de recherche > La nanomédecine

Les recherches du CEA sur | Santé & sciences du vivant | Nanomédecine | Nouvelles technologies


Les recherches du CEA sur...

La nanomédecine

Publié le 29 novembre 2013

​Le CEA est aujourd’hui l’un des acteurs majeurs de la recherche européenne dans les domaines des nanosciences (recherche fondamentale) et des nanotechnologies (recherche appliquée). Ses recherches portent essentiellement sur les technologies de l’information et de la communication, les nouvelles technologies pour l’énergie (photovoltaïque, batteries, piles à combustible…), et les technologies pour la santé. Le CEA contribue aux travaux conduits dans le domaine de la nanomédecine via différents programmes de recherche.

Quatre domaines de recherche

Actuellement, les travaux du CEA en nanomédecine portent sur plusieurs domaines ciblés :

  • Le diagnostic qui mène à l’identification d’une maladie grâce à la détection de symptômes spécifiques de la pathologie ;
  • La thérapie, traitement spécifique d’une maladie ;
  • La médecine régénérative qui vise à permettre une régénération de tissu ou organes humains endommagés ;
  • Et les systèmes de capteurs, ensemble d’interfaces détectant, sous la forme d’un signal électrique, un phénomène physique afin de le représenter et d’acquérir des données sur ce dernier.



Des programmes
et des partenariats pour réussir

En 2009, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a lancé le plan Nano-INNOV avec un fort enjeu autour des nanotechnologies et de leur intégration dans des systèmes innovants.

En 2010 et 2011, le programme Nanobiotechnologies des Investissements d’Avenir a permis l’émergence et la consolidation des centres de recherche en nanomédecine. Le CEA a ainsi pu mener de nouveaux projets de recherche avec d’autres partenaires académiques et industriels français.



Des collaborations avec les universités,
les autres organismes de recherche,
et l’industrie médicale

Initié en 2001, le pôle technologique grenoblois pour la Biologie et la Santé, NanoBio, développe aujourd’hui de nouveaux outils miniaturisés pour améliorer l’analyse, le diagnostic et la thérapie de diverses maladies. Ces innovations sont créées en lien avec les Pôles de compétitivité Lyon Bio Pôle (infectiologie et virologie), Axelera (Chimie et Environnement) ainsi qu’avec le Cancéropôle CLARA et le 7ème Programme Cadre de Recherche et Développement (7ème PCRD) de l’Union européenne. Ils se situent ainsi dans le meilleur contexte pour un développement rapide, en lien avec acteurs industriels et académiques.

La mission du projet Clinatec®, lancé en 2006, est d’apporter les preuves de concept des dispositifs implantables chez l’homme dans un environnement parfaitement adapté aux spécificités médicales et technologiques. Clinatec® s’appuie, pour cela, sur les recherches menées en neurosciences, en micro et nanotechnologies par des équipes pluridisciplinaires, associant des médecins du CHU de Grenoble, des laboratoires de l’INSERM et de l’Université Joseph Fourier, en partenariat avec des industriels.

Avec le plan « Nano-INNOV », le campus de Saclay accueille désormais le centre d’intégration Nano-INNOV Paris Région, lequel a été inauguré le 20 février 2012 par François Fillon. Ce centre d’intégration sera notamment composé de cinq plateformes technologiques mutualisées, dont la plate-forme NanoMED, rassemblant des équipes du CEA, du CNRS et de l’Université Paris XI. L’objectif de NanoMED, en associant spécialistes des nanotechnologies et du médicament, est de développer des diagnostics plus simples et plus précoces et de nouveaux médicaments.


Haut de page