Vous êtes ici : Accueil > Le CEA > Sûreté-Sécurité > Information pour le public

Information pour le public

Que se passe-t-il en cas de crise ?


Questions/réponses sur la gestion de crise nucléaire.
Publié le 1 septembre 2013

Qu’entend-on par
« incident » et « accident » ?

Lorsqu'un événement survient dans une installation nucléaire, ou au cours d'une opération de transport, il est qualifié d'incident ou d'accident en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur les populations et l'environnement.



Comment les populations
sont-elles alertées ?

Plusieurs moyens sont à la disposition du préfet pour avertir la population en cas d'accident nucléaire. Ce peut-être, soit :

  • un message d'alerte diffusé par les véhicules des services de secours,
  • le déclenchement des sirènes installées autour du site accidenté.



Qu’est-ce que l’échelle INES ?

Pour mesurer la gravité d'un événement, une échelle internationale existe : l'échelle INES (International Nuclear Event Scale).

Echelle INES de classification des événements nucléaires
Échelle INES de classification des événements nucléaires

L'échelle INES, graduée de 0 à 7, définit la gravité relative d'un événement et le caractérise. C'est un repère et un outil d'information pour les médias et le public.

Cette échelle a été conçue par un groupe national d'experts réuni par l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) et l'Agence pour l'Energie Nucléaire (AEN) de l'OCDE. Elle a été mise en place en 1991.

Alors que l'application de l'échelle INES aux installations nucléaires se fonde sur trois types de critères qui sont les conséquences à l'extérieur du site, les conséquences à l'intérieur du site et la dégradation de la défense en profondeur, en ce qui concerne les transports des matières radioactives ayant lieu sur la voie publique, seuls les critères d'incidence hors site et de dégradation de la défense en profondeur sont à prendre en compte. Enfin, le cas de la perte d'un colis est traité comme une perte de source, conformément aux indications définies dans le manuel d'utilisation de l'échelle INES.


Conséquences à l'extérieur du siteConséquences à l'intérieur du siteDégradation de la défense en profondeur
7 - Accident majeur​Rejet majeur : effets étendus sur la santé et l'environnement
6 - Accident grave​Rejet important susceptible d'exiger l'application intégrale des contre-mesures prévues
5 - Accident​Rejet limité susceptible d'exiger l'application partielle des contre-mesures prévues​Endommagement grave du coeur du réacteur / des barrières radiologiques
4 - Accident​Rejet mineur : exposition du public dans l'ordre des limites prescrites​Endommagement important du coeur de réacteur / des barrières radiologiques / exposition mortelle d'un travailleur
3 - Incident grave​Très faible rejet : exposition du public représentant une fraction des limites prescrites ​Contamination grave / effets aigus sur la santé d'un travailleur ​Accident évité de peu / perte des barrières
2 - Incident​Contamination importante / surexposition d'un travailleur ​Incidents assortis de défaillances importantes des dispositions de sécurité
1 - Anomalie​Anomalie sortant du régime de fonctionnement autorisé
0 - EcartAucune importance du point de vue de la sûreté ​ ​
Evénements hors échelle​Aucune ​ ​



Qu’est-ce que la mise à l’abri ?

La mise à l'abri consiste à gagner au plus tôt un bâtiment en dur, fermer portes et fenêtres, interrompre les ventilations mécaniques sans toutefois obstruer les prises d'air correspondantes. Une caravane, un véhicule ou une tente par exemple n'assurent pas une mise à l'abri efficace. En cas d'accident sur une installation nucléaire, la mise à l'abri des populations est une mesure qui a pour but de réduire l'exposition à la radioactivité et de permettre aux personnes concernées d'être informées, via la radio et éventuellement la télévision, sur l'évolution de la situation et sur les dispositions à prendre pour se protéger.

La mise à l'abri est une mesure qui ne peut être appliquée plus de quelques heures, compte tenu des contraintes qu'elle impose à la population. Son objectif est de soustraire la population aux dangers immédiats que pourrait représenter le passage d'un nuage radioactif. Une fois le nuage passé, la mise à l'abri serait levée et le préfet déciderait si les populations peuvent rester sur place ou doivent être évacuées.


Qu’est-ce que l’évacuation ?

L'évacuation est une mesure visant à déplacer, vers des lieux sûrs, les populations concernées par une menace de rejets radioactifs. Elle est organisée par le préfet.


A quoi servent les comprimés d’iode ?

En cas d'accident grave, certaines installations nucléaires, notamment les centrales nucléaires, sont susceptibles de rejeter dans l'atmosphère de l'iode radioactif, qui est l'un des radioéléments les plus dangereux dans un tel cas. Les comprimés d'iode stable, contenant de l'iodure de potassium, permettent de réduire notablement les risques sanitaires engendrés par l'inhalation de l'iode radioactif, comme le cancer de la thyroïde, s'ils sont ingérés à temps. En cas d'accident, il est recommandé d'ingérer de l'iode stable afin de saturer la glande thyroïde pour éviter que de l'iode radioactif ne vienne s'y fixer. La thyroïde est une petite glande située à la partie antérieure et inférieure du cou. Elle joue un rôle notamment au niveau de la croissance, des métabolismes, et du système nerveux. La posologie est d'un comprimé d'iode stable par adulte, un demi pour un enfant et un quart pour un nourrisson. Pour être efficaces, les comprimés d'iode stable doivent être ingérés juste avant ou peu de temps après l'inhalation d'iode radioactif. En cas d'accident ou d'incident sérieux sur une installation nucléaire, la prise d'iode stable par la population est décidée par le préfet qui en informe la population. Il est par ailleurs recommandé à la population de lire attentivement la notice d'utilisation fournie avec chaque boîte de comprimés d'iode.


Exposition, irradiation, contamination : quelles différences ?

Un organisme soumis à l'action des rayonnements ionisants subit une exposition.
On parle d'exposition externe (nouveau terme utilisé), ou encore d'irradiation (ancien terme utilisé), pour les expositions qui résultent de produits radioactifs situés en dehors de l'organisme.
Lorsque des produits radioactifs ont été déposés à l'intérieur de l'organisme, on parle d'exposition interne (nouveau terme), ou encore de contamination interne (ancien terme).


Quelle est la différence entre
l’inhalation et l’ingestion ?

Il y a différents modes d'exposition interne à la radioactivité. L'inhalation et l'ingestion sont deux de ces modes d'exposition. L'exposition par inhalation implique que les produits radioactifs passent par les voies respiratoires et atteignent les poumons. L'exposition par ingestion implique que les produits radioactifs sont absorbés et suivent la voie digestive.


Quelle est l’unité de mesure
de la radioactivité ?

Becquerel (Bq)

Mesure du nombre de désintégrations par seconde

Gray (Gy)

Mesure de l'énergie reçue par unité de masse

Sievert (Sv)

Effet des rayonnements sur l'homme

L'unité de mesure de la radioactivité est le becquerel (Bq). Le becquerel correspond à 1 désintégration (ou transformation d'un atome) par seconde. Cette unité étant très petite, on parle souvent de kilobecquerel (1 kBq = 1 000 Bq) ou de méga becquerel (1 MBq = 1 000 000 Bq). Ainsi par exemple, l'Homme, qui est naturellement radioactif, présente en moyenne une radioactivité d'environ 7 000 Bq ou 7 kBq.

Pour la radioprotection, d'autres unités sont utilisées : le gray et le sievert. Quand on veut évaluer l'impact sur l'Homme de la radioactivité, on utilise le Sievert.

La mesure de la quantité d'énergie reçue ou dose absorbée par une personne sous l'effet d'un rayonnement s'exprime en gray (Gy) (1 gray = 1 joule par kilo).

A dose égale, l'effet produit par les divers rayonnements sur une personne varie selon leur nature et celle des organes exposés. Cet effet se mesure en sievert (Sv), c'est l'équivalent de dose efficace.