Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Décrypter la migration des cellules souches

Résultat scientifique | Santé & sciences du vivant | Cancer | Cellules souches

Décrypter la migration des cellules souches


​Nouveau pas dans la compréhension des mécanismes de migration des cellules souches. Une équipe de l’IBS, à Grenoble, en collaboration avec l’Institut Pasteur et l’INSERM, a mis en évidence le rôle essentiel de l’interaction d’une petite protéine chimio-attractante (CXCL12) avec une macromolécule d’héparane sulfate pour recruter et diriger ces cellules vers des tissus qui ont besoin d’être restaurés.

Publié le 28 novembre 2012

​Cette hypothèse a été testée dans un modèle de souris génétiquement modifiée où l’interaction entre les deux protagonistes est empêchée. Soumises à une lésion vasculaire grave (Ischémie aiguë), ces souris qui expriment un CXCL12 complètement fonctionnel, mais incapable de se fixer aux héparanes sulfates, n’ont pas réussi à réparer le tissu endommagé, ce dont elles sont parfaitement capables lorsque leur organisme n’a pas été génétiquement transformé.

Cette expérience montre que, in vivo, la liaison de CXCL12 aux héparanes sulfates est nécessaire pour induire l’infiltration de cellules souches dans le tissu endommagé et permettre la restauration de la croissance vasculaire. Ces résultats suggèrent des applications en médecine régénérative (réparation tissulaire) ou en thérapie anticancéreuse. En effet, les cellules cancéreuses utilisent le système CXCL12 pour migrer au delà de la tumeur primaire. Ainsi, le ciblage spécifique de l’interface CXCL12-héparane sulfate permettrait de diminuer ce processus.

Haut de page