Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Études structurales du mécanisme de neutralisation du virus de la dengue

Résultat scientifique | Santé & sciences du vivant | Biologie structurale | Maladies infectieuses

Études structurales du mécanisme de neutralisation du virus de la dengue


​La dengue anciennement appelée « grippe tropicale », « fièvre rouge » ou « petit palu », est une infection virale, endémique dans les pays tropicaux. Quatre sérotypes du virus de la dengue (1 à 4) en sont la cause. La mise au point d’un vaccin chez l’homme nécessite de déterminer des épitopes (fragment d’antigène) capables d’induire des anticorps fortement neutralisants. Cependant, ces derniers n’ont pas encore été décrits. En revanche, il existe un anticorps monoclonal de chimpanzé ciblant l’épitope 5H2 capable de neutraliser efficacement le virus de la dengue 4 en se liant à la glycoprotéine E, une protéine de l’enveloppe virale qui permet la pénétration du virus. Une équipe de l’iBiTec-S (CEA/Saclay), après avoir produit, en collaboration avec le groupe de Félix Rey de l’Institut Pasteur, des cristaux du complexe entre un fragment de cet anticorps 5H2 et cette glycoprotéine, a résolu sa structure cristalline.

Publié le 20 juin 2012

​Celle-ci montre que la liaison de l’anticorps empêche le changement conformationnel de cette protéine. Grâce à des analyses in vitro, ils ont pu montrer comment 5H2 neutralise le virus. En outre, ils ont également prouvé que les sérums humains des patients guéris de l’infection par la dengue 4 contiennent des anticorps dirigés contre cette même région de l’épitope 5H2. Cette étude fournit de nouveaux outils pour la conception d’un vaccin efficace contre la maladie de la dengue.

Haut de page