Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Flore intestinale : elle permet de différencier les individus

Résultat scientifique | Santé & sciences du vivant | Génomique

Flore intestinale : elle permet de différencier les individus


De même qu’il existe des groupes sanguins, trois « entérotypes », ou signatures bactériennes intestinales, ont été identifiés par les chercheurs du consortium MetaHIT, coordonné par l’Inra et impliquant le Genoscope (IG, CEA/Evry). Ces signatures s’avèrent indépendantes de l’origine géographique, de l’âge ou de l’état de santé d’un individu. ​

Publié le 4 juillet 2011

​Elles sont principalement déterminées par l’abondance de certains types de bactéries mais aussi par leur potentiel génétique, c’est-à-dire par les fonctions que leurs gènes codent. Pour démontrer cette caractéristique inattendue et fondamentale sur le plan de la biologie humaine, les chercheurs ont analysé le métagénome des bactéries issues d’échantillons intestinaux de 39 individus répartis sur 3 continents (français, danois, italiens, espagnols, américains et japonais). Ils ont ensuite étendu l’analyse à 85 échantillons prélevés chez des populations danoises, puis à 154 issus de populations américaines et ont montré que cette classification était valable au-delà des 39 séquences initiales. Ces recherches, ouvrent de nombreuses perspectives d’applications dans le domaine de la nutrition et de la santé humaine.


Contacts : Denis Le Paslier, Jean Weissenbach

Haut de page