Vous êtes ici : Accueil > Actualités > La virulence de Pseudomonas aeruginosa

Résultat scientifique | Maladies

La virulence de Pseudomonas aeruginosa


Une nouvelle souche de Pseudomonas aeruginosa, dotée d’une toxine inconnue jusqu’ici, a été isolée récemment chez un patient grenoblois par des chercheurs du CEA-BIG. Des souches similaires ont été retrouvées sur cinq continents.

Publié le 21 juin 2016

Généralement, les souches pathogènes de Pseudomonas aeruginosa sont armées d’un injectisome leur permettant d’inoculer des toxines dans les cellules qu’elles infectent. Un nouveau type de souche de P. aeruginosa a été identifié par une équipe du CEA-BIG, qui ne possède pas ce système d’injection, mais sécrète une toxine qui entraîne rapidement la mort cellulaire par rupture de la membrane des cellules cibles. Cette arme fatale, la toxine Exolysine, a été identifiée dans une souche isolée sur un patient du CHU de Grenoble atteint de pneumonie hémorragique. Elle ne possède pas non plus d'autres facteurs de virulence habituels de P. aeruginosa.

L'équipe du CEA-BIG a recherché s'il existait des souches similaires, et en a retrouvé sur cinq continents du globe, isolées chez des patients atteints d'infections diverses, mais aussi dans l'environnement. Les souches les plus dangereuses sont capables d'intoxiquer la plupart des types cellulaires, de provoquer des infections pulmonaires chez les rongeurs ou des nécroses chez les plantes. Par conséquent ce type de souches, ignoré jusqu'à présent, a la même capacité que les souches classiques de P. aeruginosa à s'adapter à de nombreux habitats et provoquer différentes pathologies infectieuses, mais en utilisant d'autres modes de virulence.

Cette découverte devra être prise en compte pour le développement de nouveaux antimicrobiens visant cette souche émergente.

Haut de page