Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nanotubes de carbone : ils attirent et organisent des protéines du complément humain sans activer ce système

Résultat scientifique | Santé & sciences du vivant | Nanosciences

Nanotubes de carbone : ils attirent et organisent des protéines du complément humain sans activer ce système


Des chercheurs de l’IBS (CEA/Grenoble), de l’iBiTec-S (CEA/Saclay) et du Leti (CEA/Grenoble) ont étudié l’interaction d’un acteur de l’immunité innée, le complexe C1, avec différents types de nanotubes de carbone disponibles commercialement. Le complexe C1 active le complément humain, un ensemble de protéines qui interviennent souvent dans les premières lignes de défense de l’organisme. ​

Publié le 2 juillet 2011

​Éléments omniprésents dans les nanotechnologies, les nanotubes de carbone sont utilisés dans une large gamme d’applications, y compris dans le domaine biomédical. Alors qu’aucun des types de nanotubes testés n’active le système du complément, la microscopie électronique à transmission révèle que les protéines composant le C1 s’organisent sur la surface de nanotubes de carbone multi-parois, et sont progressivement séquestrées par ces nanotubes. Ces résultats mettent en évidence des interactions potentielles avec le système immunitaire humain. D’autre part, le fait que ces protéines, qui n’ont pu jusqu’ici être cristallisées, s’organisent à la surface des nanotubes, pourrait ouvrir la voie à une technique originale pour résoudre leurs structures en trois dimensions.


Contact : Eva Pebay-Peyroula, Gérard Arlaud.

Haut de page