Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Plante et stress induit par une carence

Résultat scientifique | Santé & sciences du vivant | Mécanismes cellulaires

Plante et stress induit par une carence


​Chez les plantes, les carences de sucre ou de phosphate déclenchent des cascades de réponses à l’échelle d’un ou de plusieurs jours, pouvant aller jusqu’à l’autophagie cellulaire partielle (hydrolyse d’une partie du cytoplasme des cellules pour permettre leur survie), contrôlée et réversible. Cependant, jusqu’à présent, l’existence de signaux métaboliques précoces pouvant être à l’origine de cette réponse cellulaire n’a pas été recherchée. En utilisant la RMN in vivo, des chercheurs du Laboratoire de Physiologie cellulaire végétale (iRTSV, CEA/Grenoble) ont pu montrer que la réponse de la cellule végétale à une carence de sucre ou de phosphate survient après quelques minutes dans le compartiment cytosolique de la cellule et est de nature métabolique.

Publié le 6 avril 2011

​En particulier, bien que la cellule végétale contienne une grande quantité de sucres, ils sont essentiellement stockés dans un de ses compartiments, la vacuole, et ne sont pas rapidement mobilisables. Les quantités de sucres disponibles dans le cytosol sont faibles et sont très rapidement épuisées. La cellule ajuste alors à la fois la disponibilité et les besoins en sucres en métabolisant ses sucres phosphorylés cytosoliques et en réduisant son activité métabolique. Ces phénomènes sont notamment accompagnés de la libération de phosphate inorganique qui s’accumule de façon transitoire dans le cytosol. Ces changements métaboliques importants et très précoces pourraient constituer des premiers signaux qui contribueraient à déclencher la réponse cellulaire contrôlée au stress.

Haut de page