Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Protection extranucléaire de l’ADN contre le stress oxydant

Résultat scientifique | Santé & sciences du vivant | ADN

Protection extranucléaire de l’ADN contre le stress oxydant


​Chez les eucaryotes, la production d’espèces actives de l’oxygène est considérée comme une cause majeure des dégâts à l’ADN. Les mécanismes de protection de l’ADN nucléaire contre le stress oxydant sont encore relativement peu connus mais il a été montré que cette protection est en partie assurée par des molécules situées dans le noyau (le glutathion et les peroxy-redoxines). Une collaboration coordonnée par une équipe belge (Gand) et associant trois équipes américaines, une israélienne et deux équipes du CEA (DSV/iBEB, CEA/Cadarache et DSM/Inac, CEA/Grenoble), a permis de montrer que chez Arabidopsis thaliana, deux enzymes importantes pour cette protection.

Publié le 30 mai 2011

​Ces enzymes, l’ascorbate peroxydase cytosolique (apx1) et la catalase (cat2), jouent un rôle clé dans ce mécanisme en agissant non pas dans le noyau mais dans deux autres compartiments de la cellule : le cytosol et les peroxysomes. Ces résultats démontrent que la protection extranucléaire contre le stress oxydant est importante pour la survie et la croissance des organismes eucaryotes.

Haut de page