Vous êtes ici : Accueil > Actualités > La réparation ultra-rapide d’une lésion UV dans l’ADN suivie en temps réel

Résultat scientifique | Santé & sciences du vivant | Bioénergies | Photosynthèse

La réparation ultra-rapide d’une lésion UV dans l’ADN suivie en temps réel


​Une équipe de l’iBiTec-S (CEA/Saclay) en collaboration avec un chercheur néerlandais, a établi la cinétique de l’étape clé de la réparation de la lésion CPD (cyclobutane pyrimidine dimer) dans l’ADN par une enzyme appelée photolyase.

Publié le 25 août 2011

​La lésion CPD est la plus fréquente des lésions dangereuses engendrées dans l’ADN par une exposition de l’organisme vivant à la partie UV de la lumière solaire. Afin de contrecarrer cette menace, des enzymes de réparation ont évolué, la plus ancienne et plus répandue étant la photolyase. Elle utilise l’énergie de la lumière pour réparer ce qui a été endommagé par la lumière. Les chercheurs ont réussi à suivre directement le mécanisme de réparation, établir le schéma réactionnel de la photo-réparation de la lésion CPD et le quantifier expérimentalement.

Ce travail qui concrétise douze ans de recherche s’appuie fortement sur des innovations méthodologiques développées par cette équipe, notamment en spectroscopie d’absorption cinétique. Cette technique qui permet de suivre en temps réel les photo-réactions chimiques et biologiques, peut être appliquée à l’étude de nouveaux systèmes de conversion de l’énergie solaire inspirés par la photosynthèse naturelle.

Haut de page