Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Des senseurs de métaux pour assurer la survie du pathogène Helicobacter pylori

Résultat scientifique | Santé & sciences du vivant | Biologie structurale

Des senseurs de métaux pour assurer la survie du pathogène Helicobacter pylori


​Des chercheurs de l’iRTSV (CEA/Grenoble), de l’Institut Pasteur (Paris) et de l’ESRF (Grenoble) ont disséqué les mécanismes de détection des métaux chez le pathogène Helicobacter pylori. Cette bactérie pathogène présente dans l’estomac de 50 % de la population mondiale, a développé un réseau complexe de régulations par le fer et le nickel.

Publié le 19 août 2011

​Elle possède des protéines, appelées métallorégulateurs qui sont des régulateurs de l’expression des gènes répondant soit au nickel soit au fer. La liaison des ions métalliques au métallorégulateur modifie sa conformation, ce qui permet sa fixation à des séquences particulières de l’ADN.

Grâce à une approche multidisciplinaire, les chercheurs ont démontré l’existence de sites secondaires de liaison des métaux, non essentiels à la fixation des protéines impliquées sur l’ADN, mais responsables d’un changement d’affinité de ces protéines pour l’ADN. Si l’existence de sites secondaires s’avérait généralisable à d’autres métallorégulateurs, ces chercheurs auraient mis en évidence un nouveau mécanisme de réponse aux variations de l’environnement, dont la complexité rend compte de la nécessaire adaptabilité des bactéries telles que Helicobacter pylori.

Haut de page