Vous êtes ici : Accueil > Cité des Énergies 2020 - Première newsletter du projet de construction du bâtiment de l'Institut de Biosciences et Biotechnologies d'Aix-Marseille (BIAM)

Cité des Énergies 2020 - Première newsletter du projet de construction du bâtiment de l'Institut de Biosciences et Biotechnologies d'Aix-Marseille (BIAM)

Publié le 23 avril 2018


Édito

Chers amis, chers partenaires,

Nous avons le plaisir de vous présenter notre première newsletter, destinée à vous informer sur les progrès du chantier de construction du bâtiment du BIAM et ceux qui en sont les artisans. Avec l’ambition de poursuivre la démarche collaborative initiée dès l’automne 2015, cette newsletter a également vocation à stimuler les échanges afin que ce bâtiment réponde pleinement aux besoins de ses futurs occupants. N’hésitez pas à réagir et à nous proposer des améliorations pour la prochaine parution à l'adresse : cite-des-energies@cea.fr.

Il y a 28 mois, la feuille était vierge ! Lorsque vous lirez ces lignes, le chantier de construction aura commencé.

La cérémonie de pose de première pierre du bâtiment BIAM concrétisera une vision stratégique et scientifique initiée dès 2007 pour notre Institut de biosciences et biotechnologies.

Grâce à un soutien constant de l’ensemble des co-financeurs du projet (État, Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Conseil départemental 13, Métropole Aix-Marseille Provence, FEDER), du centre de Cadarache et des 3 tutelles de l’Unité (CEA, CNRS, Aix-Marseille Université), le BIAM se positionne comme une UMR d’excellence dans le domaine des bioénergies et de l’ingénierie environnementale, parfaitement intégrée au cœur de la politique de site d’AMU et de la Stratégie Régionale d’Innovation.

Cette pose de première pierre est l’occasion de remercier sincèrement l’ensemble des femmes et des hommes qui ont cru en ce projet, y ont participé ou continuent à s’y investir avec passion, ainsi que l’ensemble des personnels de recherche qui se projettent dans ce futur bâtiment avec de nouvelles ambitions scientifiques pour le printemps 2020.

 

David PIGNOL
Chef d’Institut du BIAM

Cyrille FORESTIER
Chef de projet – pilote opérationnel

 

 

 

 

A LA UNE

Mise en chantier du BIAM, Expansion de la Cité des Énergies !

Unité Mixte de Recherche (UMR), le BIAM dépend de 3 tutelles : CEA, CNRS et Aix-Marseille Université. Centré sur des thématiques « Énergie » et « Environnement », l’institut mène des recherches visant à mieux comprendre les processus bioénergétiques et les mécanismes de réponse des microalgues, bactéries et plantes aux conditions environnementales, en vue de proposer des solutions énergétiques pour un développement durable.

C’est ainsi que les recherches développées au BIAM, internationalement reconnues, ont conduit récemment à des publications scientifiques majeures et au développement de projets phares. Citons ainsi, la découverte récente d’une nouvelle enzyme algale (la Fatty Acid Photodecarboxylase) impliquée dans la synthèse de biofuel (Sorigue et al., Science 2017), la découverte de nouveaux mécanismes régulant l’assimilation du phosphate par les plantes (Balzergue et al., Nat. Com. 2017), l’assimilation des métaux physiologiques chez les microorganismes (Ghssein et al., Science 2016), ainsi que le développement de technologies innovantes de décontamination des sols et effluents dans le contexte post-Fukushima (projet PIA, DEMETERRES 2013-2018).

Depuis les années 70, les équipes de recherche basées principalement sur le centre CEA de Cadarache à Saint-Paul-Lez-Durance (13), sont réparties dans plus de 6 bâtiments vétustes dont les surfaces affectées à la R&D ne sont pas à la hauteur des standards et des ambitions scientifiques.

Cette dispersion des moyens humains et techniques apparaît comme un frein à l’ambition d’excellence scientifique de l’Institut et à sa volonté forte de répondre aux attentes de ses tutelles. Il s’agit notamment de favoriser une fertilisation croisée Recherche-Technologie-Industrie, pour aider les projets à monter en maturité technologique, et ainsi proposer une offre visible et attractive des compétences du BIAM à l’international.

Pour que le BIAM devienne un acteur majeur, œuvrant à la structuration de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation dans le domaine des énergies bas-carbone dans notre région, ce projet d’investissement pour la construction d’un nouveau bâtiment a été inscrit au Contrat de Plan-État-Région 2015-2020.

Il s’agit d’une volonté commune des différents partenaires et tutelles, de cofinancer ce bâtiment et de contribuer à la structuration de l’écosystème régional, notamment dans les filières industrielles liées aux énergies bas-carbone, dans un cadre global d’aménagement territorial propice à la création d’emplois et de richesses. 


Construction du BIAM 2020

Ce nouveau bâtiment sera implanté à proximité immédiate de celui de CEA Tech PACA, sur le site de la Cité des Énergies (anciennement « site de la Grande Bastide »).

Cette position, dans la zone semi-ouverte, hors-clôture CEA facilitera les échanges avec les futures partenaires industriels qui s’installeront à proximité.

Ce rapprochement géographique sera propice à une meilleure communication et à la mise en commun de savoirs et de moyens. Cette mutualisation des équipements et des supports de recherche résultera en une meilleure gestion de l’argent public accentuera l’impulsion d’une création et d’une montée en puissance technologique sur les différents projets en cours ou à venir.


La Cité des Énergies

L’objectif général du projet de la Cité des Énergies est d’agréer un maximum de compétences de R&D dans le domaine des énergies bas-carbone, dans la zone semi-ouverte et partenariale de la Cité des Énergies. Grâce au foncier mis à disposition par le CEA, un grand nombre de scientifiques et de partenaires économiques de la zone 
«En’ Durance Énergies» seront regroupés dans ce futur Centre d’excellence sur les énergies bas-carbone.

 

ÉVÉNEMENT


La première pierre du bâtiment du BIAM

Une livraison attendue dans moins de 2 ans.

D’ici décembre 2019, ce nouveau bâtiment, accessible par la RD952, pourra accueillir sur plus de 7500 m² pas moins de 170 chercheurs, ingénieurs, techniciens et personnels administratifs avec une ouverture pour des équipes internationales.

Ce bâtiment sera composée d’une aile dédiée à la recherche fondamentale, appelée BR pour bâtiment de recherche, l’autre aile, appelée BRD pour bâtiment de recherche et développement, sera structurée autour de différentes plateformes instrumentales et technologiques avec un large choix d’équipements de pointe indispensables à la montée en maturité technologique des projets de R&D.

Au rez-de-chaussée, près de 400m² de zone d’accueil seront dédiés à la communication et à l’organisation de congrès. Sur deux étages, surplombant un patio verdoyant et lumineux, les espaces de travail seront modulables pour une parfaite adaptabilité aux besoins. 

Attractif, ergonomique et répondant aux dernières normes environnementales, les nouveaux locaux du BIAM offriront un cadre de travail idéal aux équipes de R&D où échange et pluridisciplinarité seront les maîtres-mots.

 

Un projet collaboratif

Ce projet est rendu possible grâce au soutien financier de l’État, de la Région, des collectivités territoriales et de l’Europe qui investissent plus de 11,2 M€, dans une démarche gagnant-gagnant.


Cette cérémonie se tiendra en présence des représentants officiels de nos partenaires et de nos tutelles, à savoir :


  • Vincent BERGER, Directeur de la Recherche Fondamentale du CEA qui s’exprimera au nom des trois tutelles de l’unité BIAM (CEA, CNRS et Aix-Marseille Université)

  • Roger PELLENC, Vice-Président du Conseil de territoire du Pays d’Aix délégué au développement économique, emploi, formation et insertion

  • Jérôme ORGEAS, 1er Vice-Président de la Commission Économie et Innovation de la Métropole Aix-Marseille-Provence

  • Véronique MIQUELLY, Conseillère Départementale des Bouches-du-Rhône, Déléguée à l’Enseignement supérieur et Recherche, Ressources humaines de la collectivité, représentante de Martine VASSAL, Présidente du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône

  • Sylvaine DI CARO, Conseillère Régionale, Membre de la Commission " Université, Enseignement supérieur, Recherche, Santé et Vieillissement " – représentante de Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et Député européen

  • Serge GOUTEYRON, Sous-Préfet d’Aix-en-Provence, représentant de Serge DARTOUT, Préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et Préfet des Bouches-Du-Rhône


Ils nous feront l’honneur de s’exprimer tour à tour.  


Avant de clore cette cérémonie et dans l’attente de se retrouver en 2020 pour l’inauguration du bâtiment, les invités pourront continuer d’échanger autour du cocktail qui sera servi.

 

EQUIPE

Afin de concrétiser cet ambitieux projet de construction, pour s’assurer de sa faisabilité… Ce n’est pas moins de 30 personnalités dynamiques, organisées et surtout complémentaires qui collaborent 2 ans durant. Des hommes et des femmes alliant compétences techniques et relationnelles, des qualités précieuses pour tenir le rythme.

Petit tour d’horizon pour apprendre à mieux les connaître.

 

Pouvez-vous vous présenter ?

Cyrille Forestier,
Direction de la Recherche Fondamentale BIAM.

Quelle est votre fonction sur ce projet ?
Vos principales missions ?
 

Chef de projet depuis octobre 2015, Pilote opérationnel du projet de construction, mon rôle est de coordonner l’équipe de maitrise d’ouvrage et de m’appuyer sur l’équipe de maitrise d’œuvre afin de livrer début 2020, un bâtiment de R&D conforme aux besoins des équipes de recherche et aux attendus socio-économiques de nos partenaires financiers, dans le respect des engagements budgétaires.


Quelles sont les qualités requises à l’exercice de votre métier ?

Le succès de ce projet repose sur ma capacité à accompagner le travail collaboratif des équipes qui le mettent en œuvre, mais aussi à communiquer et rendre compte auprès de tous nos partenaires. En tant que « chef d’orchestre », je m’attache à être réactif, organisé, à l’écoute des utilisateurs mais aussi à décider. La clé de la réussite repose sur la force de travail et l’optimisme partagé !

Quel est selon vous, LE challenge de ce projet ?

Faire vivre le délicat équilibre entre, d’un côté, le respect de nos engagements vis à vis des besoins des équipes et de l’autre, le respect du planning et des ressources financières associés, tous deux très contraints !

 


Pouvez-vous vous présenter ?

Gilles Schmitt,
DSTG/Service Technique et Logistique
Groupe Patrimoine Immobilier.

Quelle est votre fonction sur ce projet ? Vos principales missions ? 

Chef de projet Maîtrise d’œuvre, depuis mai 2015, je fais partie de l’équipe de maitrise d’œuvre mon rôle est d’animer cette équipe et d’être l’interface avec le chef de projet de la maitrise d’ouvrage.

 

Quelles sont les qualités requises à l’exercice de votre métier ?

La détermination, la patience, la motivation, l’envie de travailler en équipe.

Quel est selon vous, LE challenge de ce projet ?

Le challenge principal dans ce type de projet est toujours de répondre aux besoins exprimés par les futurs utilisateurs.

Mais la partie la plus délicate sur ce projet est que le  budget  est très serré, il est donc primordial de s’assurer de la maitrise des coûts (ceci dit c’est notre job).

 


Pouvez-vous vous présenter ?

Stéphanie NAUDAN, je travaille au sein du service commercial, au Bureau Projet Rénovation Travaux depuis novembre 2013, date à laquelle j’ai rejoint le CEA. Je suis juriste de formation.


Quelle est votre fonction sur ce projet ? Vos principales missions ?

Je suis acheteur, je m’occupe de la mise en œuvre des procédures d’achat et de la stratégie d’achat au regard du cadre réglementaire régissant les marchés du CEA, de l’analyse des candidatures et des offres, de la contractualisation et du suivi des marchés. Il m’appartient également de rédiger les notes de présentation à la Commission consultative des marchés qui examine la régularité de la procédure des marchés importants. Je travaille sur le projet depuis septembre 2015.

Quelles sont les qualités requises à l’exercice de votre métier ?

Il faut savoir faire preuve d’écoute et de réactivité afin de faire coexister les contraintes diverses d’un tel projet et le cadre réglementaire assez rigide qui régit la passation des marchés publics. En tous cas, j’apprécie l’organisation mise en œuvre sur cette opération qui intègre complètement l’acheteur à l’équipe projet.

Quel est selon vous, LE challenge de ce projet ?

Si on regarde les choses par le petit bout de ma lorgnette, c’est de mener ce projet de construction à son terme en respectant les coûts et délais annoncés et en évitant ainsi les réclamations des entreprises. 

 


Pouvez-vous vous présenter ?

Anne FORNIER, Direction de la Recherche Fondamentale / BIAM

Quelle est votre fonction sur ce projet ?
Vos principales missions ?
 

J’ai rejoint l’équipe en avril 2016 en tant qu’ « Assistante au Management de projet ». J’apporte au Chef de projet toute mon expertise pour la mise en place de son organisation de projet ainsi que pour la tenue des délais et du budget du projet.

Cyrille et Gilles sont mes principaux interlocuteurs.



Quelles sont les qualités requises à l’exercice de votre métier ?

Ce projet comporte des fonctions transversales, il est donc indispensable de faire preuve d’organisation et d’être un bon communicant. Une petite dose de patience est également nécessaire selon l’avancement des actions !


Quel est selon vous, LE challenge de ce projet ?

Le respect du budget est le principal défi de ce projet.

 

AVANCEMENT TECHNIQUE


Il était une fois, une friche…

Partant d’une feuille blanche à l’automne 2015, le CEA, Maître d’Ouvrage, décide de s’appuyer sur ses équipes, en maitrise d’œuvre interne, pour concevoir et piloter la construction de ce nouveau bâtiment de R&D. Un architecte et quelques bureaux d’études se lancent dans l’aventure. Dans une démarche collaborative, les équipes du BIAM dressent collectivement les caractéristiques attendues du bâtiment afin qu’il réponde au mieux aux grands enjeux de leurs projets de R&D de demain. Analyse fonctionnelle, expression de besoins, fiches locaux, plan pièce à pièce, rédaction des cahiers des charges... telles sont les grandes étapes franchies en 2016 et 2017. A peine deux ans et demi plus tard, 9 lots de travaux sont publiés au Journal officiel de l’Union européenne, et le processus de consultation s’achève en mars 2018.

Dans le même temps, des études de sol sont réalisées, tandis qu’une notice simplifiée d’incidence Natura 2000 dans le cadre du dossier de défrichement est lancée. Cette étude conduit à une mesure visant à réaliser les travaux de défrichement avant l’hiver en présence d’un naturaliste. La parcelle est ainsi défrichée et le permis de construire est obtenu en janvier 2018. Le premier coup de pioche est donné le 9 avril 2018 !


PARTENAIRES