Vous êtes ici : Accueil > Plates-formes > La moucherie
Publié le 4 septembre 2018


La pièce d’élevage de drosophiles comprend 4 postes d’observation des drosophiles (loupes binoculaires), un poste de prise de vue (loupe à fort grossissement équipée d’un module à fluorescence et d’une caméra), et un microscope à contraste de phase qui peut servir à l’observation d’embryons. Ce poste est équipé d’un micromanipulateur pour l’injection d’embryons en vue de la création de lignées transgéniques. Chaque poste est alimenté par une arrivée en gaz carbonique et d’un système permettant sa diffusion sur un plateau où sont placées les mouches endormies (observation, tri). La pièce comprend également 2 étuves d’élevage (réglée à 25°C ou 17°C) et une petite étuve à température variable (en général utilisée à 28-30°C), un réfrigérateur et divers petits équipements.
À l’institut, l’utilisation de la drosophile répond à des critères d’analyse à grande échelle sur le vivant ainsi qu'à des critères éthiques d’utilisation de modèles non-mammifères dans la mise en œuvre de stratégies pionnières pour comprendre et soigner le vivant. L’infrastructure pour l’élevage et l’étude des drosophiles est gérée et financée par l’équipe Gen&Chem (BGE/iRTSV) qui utilise ce modèle pour découvrir de nouveaux mécanismes de régulation de la réponse immunitaire et inflammatoire. Cette équipe est régulièrement sollicitée pour fournir du matériel biologique (larves et mouches adultes) à des laboratoires grenoblois (faculté de médecine, EMBL).