Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Exposition aux nanoparticules de dioxyde de titane: quels effets?

Exposition aux nanoparticules de dioxyde de titane: quels effets?


Des chercheurs de l’Inra, du CEA-Inac et leurs partenaires ont étudié les effets d’une exposition orale au dioxyde de titane, un additif alimentaire (E171) utilisé de façon courante, en confiserie notamment. Ils montrent pour la première fois chez l’animal que le E171 pénètre la paroi de l’intestin, se retrouve dans l’organisme, peut créer des troubles du système immunitaire et induire des lésions pré-cancéreuses dans le côlon.

Publié le 20 janvier 2017

Utilisé dans divers domaines (cosmétique, crèmes solaires, peintures et matériaux de construction), le dioxyde de titane (ou TiO2) est aussi un additif très courant dans l'industrie agroalimentaire (connu sous le nom E171 en Europe) pour ses propriétés de colorant blanc et d'opacifiant. Il est utilisé dans des bonbons, des produits chocolatés, biscuits et chewing-gums, ainsi que dans des compléments alimentaires. Il est également présent dans des dentifrices et des produits pharmaceutiques. Composé de micro- et de nanoparticules, le E171 n'est cependant pas soumis à l'étiquetage « nanomatériau » puisqu'il n'est pas composé à plus de 50% de nanoparticules (en général 10 à 40%).

Le dioxyde de titane franchit la barrière intestinale et passe dans le sang

Les chercheurs ont exposé des rats au E171 (exposition orale) à une dose de 10 mg par kilogramme de poids corporel et par jour, proche de l'exposition alimentaire humaine. Ils montrent pour la première fois in vivo que le dioxyde de titane est absorbé par l'intestin et passe dans la circulation sanguine. Les chercheurs ont en effet retrouvé des particules de dioxyde de titane dans le foie des animaux.dans la muqueuse du côlon.Dans la rate, représentative de l'immunité systémique, l'exposition au E171 augmente la capacité des cellules immunitaires à produire des cytokines pro-inflammatoires lorsqu'elles sont activées in vitro.

L'exposition orale chronique au dioxyde de titane a des effets initiateur et promoteur des stades précoces de la cancérogenèse colorectale

Les chercheurs ont soumis les rats à une exposition orale chronique au dioxyde de titane, dans l'eau de boisson et pendant cent jours. Dans un groupe de rats préalablement traités avec un cancérogène expérimental, l'exposition a conduit à l'augmentation de la taille des lésions prénéoplasiques. Dans un groupe de rats sains exposés à l'additif E171, 4 animaux sur 11 ont spontanément développé des lésions prénéoplasiques sur l'épithélium intestinal. Les animaux non exposés n'ont présenté aucune anomalie à la fin des cents jours de l'étude. Ces résultats indiquent un effet initiateur et aussi promoteur du E171 sur les stades précoces de la cancérogenèse colorectale chez l'animal.

Ce résultat a fait l'objet d'un communiqué de presse.

Haut de page