Vous êtes ici : Accueil > BIG > Toxicité du Cadmium sur la différenciation des cellules T

Fait marquant | Toxicologie nucléaire

Toxicité du Cadmium sur la différenciation des cellules T


​​​​​​​​​​

​Dans le cadre du programme Toxicologie Nucléaire et Environnementale du CEA, ​​des chercheurs de notre institut, du DRFMC et de l'iBEB ont analysé les effets du Cadmium sur les composants du système immunitaire murin in vitro et in vivo.​

Publié le 19 novembre 2007
In vitro, le Cd entraîne en quelques heures la mort par apoptose des lymphocytes isolés. Dans des systèmes de culture organotypiques, qui​ reproduisent partiellement un environnement physiologique, ces lymphocytes sont globalement plus résistants, mais leur développement est sévèrement affecté. In vivo, l'accumulation en Cd obtenue dans le thymus après 3 semaines de traitement (supplémentation en Cd de l'eau de boisson) est comparable à celle utilisée dans les cultures d'organe. Cependant la survie et le développement des lymphocytes T ne sont pas affectés par la présence de Cd, en conditions normales ou en réponse à un stress radiatif, et aucune modification du statu redox intracellulaire n'e​st observée.
Enfin, suite à l'intoxication, l'accumulation du Cd est importante dans le foie et les reins. Pourtant, l'ADN isolé de ces organes ne présente aucun excès de lésions oxydatives. Il semble donc que l'accumulation de Cd via l'eau de boisson n'entraîne pas la formation de nouvelles lésions oxydatives et/ou ne perturbe pas les systèmes de réparation de ces dommages.
L'effet différentiel du Cd sur les lymphocytes ex vivo et in vivo et l'absence de lésions de l'ADN soulignent l'importance de la voie d'exposition sur les effets observés.

Haut de page