Vous êtes ici : Accueil > BIG > Trafic du soufre dans Escherichia coli : rôle de la protéine CsdL

Trafic du soufre dans Escherichia coli : rôle de la protéine CsdL


​Master in Chemistry - Sujet de stage de Master 2
Publié le 18 septembre 2017


Laboratoire : Laboratoire de Chimie et Biologie des Métaux
Directeur : Stéphane Ménage
Intitulé de l'équipe : Biocatalyse (BioCat)
Responsable de l'équipe : Dr. Sandrine Ollagnier de Choudens
Nom et qualité du responsable du stage : Dr. Sandrine Ollagnier de Choudens, PhD, DR2 CNRS, HDR
Adresse : Bâtiment K’, 17 avenue des martyrs, 38054 Grenoble cedex 9
Tel : 04 38 78 91 22

Trafic du soufre dans Escherichia coli: rôle de la protéine CsdL

Objectifs visés du stage :
Comprendre à l'échelle moléculaire le rôle de la protéine CsdL dans le trafic du soufre chez Escherichia coli. En particulier, nous cherchons à comprendre comment CsdL, une protéine dotée d'une activité de transfert de soufre, est impliquée dans la formation d'une modification post-traductionnelle d'un ARNt qui ne contient aucun atome de soufre. Le projet étudiera l'hypothèse d'un mécanisme cryptique possible dans cette modification de l'ARNt.

Intérêts pédagogiques et compétences visées :
Le projet combine des approches multidisciplinaires telles que la chimie (synthèse du substrat), la biochimie (purification de protéines, analyses enzymatiques) et la biophysique (MS)

Résumé :
Le soufre ajoute des fonctionnalités considérables à une grande variété de biomolécules en raison de ses propriétés uniques : ses liaisons chimiques sont fabriquées aussi facilement qu'elle sont cassées et le soufre sert aussi bien d'électrophile (par exemple dans les disulfures) et de nucléophile (par exemple, comme thiol). Pour son incorporation dans les biomolécules, le soufre doit être réduit et/ou activé, et dans la nature, le sulfate ou les polysulfures sont des substrats pour les réductases. Avec le sulfure comme produit final de réduction, l'incorporation dans la cystéine est possible et fait de cet acide aminé un élément central pour de nombreux composés soufrés. Le soufre est mobilisé à partir de la L-cystéine par des enzymes PLP-dépendantes appelées cystéines désulfurases. Leur activité permet la formation de molécules de soufre organiques et des clusters Fe/S inorganiques. Escherichia coli contient trois cystéines désulfurases nommées ISCS, SufS et CsdA. Nous avons montré au laboratoire que CsdA interagit avec deux autres protéines, CsdE et CsdL qui participent à l'opon csdA-csdE-csdL. Il a été montré dans notre laboratoire que CsdE stimule l'activité de CsdA. La fonction de CsdL n'est pas encore connue, bien que nous sachions que CsdL reçoit des atomes de soufre de CsdA et/ou de CsdE par des réactions de transpersulfuration. Il a été montré que CsdA, CsdE et CsdL sont impliquées in vivo dans la modification post-traductionnelle d'un ARNt qui ne contient pas de soufre. Le projet proposé vise à comprendre au niveau moléculaire le mécanisme de cette modification impliquant CsdA, CsdE et CsdL. Notre hypothèse, que nous vérifierons, est que ce mécanisme implique une activation par le soufre qui est ensuite éliminée (mécanisme cryptique de soufre).

Approches & matériels utilisé :
Chimie (synthèse du substrat), biochimie (purification de protéines, analyses enzymatiques) et biophysique.
Matériaux utilisés : HPLC, FPLC, spectrophotomètres, spectrométrie de masse et boîtes à gants.

Domaines de compétences souhaitées du candidat :
Un biochimiste ou un chimiste avec de bonnes notions en chimie bioinorganique.

Dates du stage :
Janvier à juin 2018
Afin de respecter le délai nécessaire aux formalités d’entrée au CEA (3 mois pour le SPAS), le candidat devra se manifester le plus rapidement possible.

Haut de page