Vous êtes ici : Accueil > Partenaires > Le ministre de l’Économie et des Finances en visite au CEA de Grenoble

Visite | Evénement | Institutionnel | Innovation pour l'industrie | Micro-nanoélectronique | Systèmes embarqués | Technologies logicielles

Le ministre de l’Économie et des Finances en visite au CEA de Grenoble


​Samedi 26 août, M. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances a visité les installations du centre de Grenoble lors d’un déplacement consacré aux systèmes cyberphysiques (CPS) et à la microélectronique, et à leurs applications industrielles.

Publié le 29 août 2017
Le ministre de l’Économie et des Finances a été reçu par Daniel Verwaerde, administrateur général du CEA et par Christophe Gégout, administrateur général adjoint, et a pu prendre connaissance des nouvelles technologies développées par le CEA et ses partenaires industriels et académiques pour le marché de l’intelligence et du calcul distribués. Ces technologies, qui n’existaient pas il y a 5 ans, permettent de concevoir des systèmes complexes, nécessitant la convergence matériel/logiciel et le développement de composants microélectroniques avancés.
Le Ministre de l'Economie et des Finances reçu au centre CEA de Grenoble en présence de Daniel Verwaerde, administrateur général du CEA, Christophe Gégout, administrateur général adjoint, Stéphane Siebert, directeur de CEA Tech et Jean-Frédéric Clerc, directeur adjoint de CEA Tech. © CEA/Jayet

Stéphane Siebert, directeur de CEA Tech, Jean-Frédéric Clerc, directeur adjoint et plusieurs dirigeants industriels français ont tout d’abord présenté au ministre quatre démonstrateurs intégrant des CPS pour illustrer les nouveaux usages et principaux défis que relève déjà l’industrie française dans les secteurs aéronautique, automobile, ferroviaire et énergétique. A l’issue de ces témoignages, ils ont remis au ministre un rapport sur les CPS, rédigé par un groupe de travail réunissant les grands industriels impliqués dans ce domaine (EDF, Safran, Thales, Valeo), des associations professionnelles (Embedded France et Cap’Tronic) et deux organismes publics de recherche (CEA et Inria). Cette feuille de route propose une initiative de coordination nationale multisectorielle et préconise de soutenir la recherche collaborative et le développement industriel des CPS en faisant notamment appel aux outils de co-financements proposés par l’Europe et les Etats membres.
CEA_-_VISITE_BRUNO_LE_MAIRE_Pierre_Jayet-040.jpg
Remise au Ministre Bruno Le Maire d'un  rapport sur les CPS. © CEA/Jayet

La visite s’est ensuite poursuivie dans les salles blanches de microélectronique du Leti où les composants avancés nécessaires à ces nouveaux systèmes (SOI, Imageurs infra rouge et visible, mémoires, processeurs avancés,…) sont co-développés avec des partenaires comme Soitec, Sofradir, ULIS, ATOS, ST.  Enfin, le ministre a pu prendre place à bord du véhicule autonome de Valeo pour rejoindre le site de production de STMicroelectronics à Crolles.
CEA_-_VISITE_BRUNO_LE_MAIRE_Pierre_Jayet-050.jpgLe Ministre de l'Economie et des Finances visite la salle blanche de microélectronique du Leti © CEA/Jayet

Les systèmes cyber-physiques, fournisseurs d’intelligence automatisée

Un système cyberphysique (CPS) associe intimement des fonctions électroniques et logicielles sécurisées (capter, traiter, transmettre, interpréter, rétroagir) permettant à un véhicule autonome, un avion, un train, un grand réseau énergétique ou bien un dispositif médical, d’analyser finement et à tout instant son propre état et son environnement afin d’optimiser sa performance, comme le fait l’homme à travers ses sens, son système nerveux, son cerveau et ses membres. L’innovation dans les CPS, dont l’architecture numérique est profondément nouvelle, passe par la maîtrise totale des dispositifs microélectroniques et des logiciels associés. Les industriels français travaillent donc intensément avec les laboratoires de recherche publics pour faire sauter les principaux verrous technologiques. Avec près de 10 000 ingénieurs qui travailleront en France sur ce sujet dans les prochaines années, l’industrie française a les capacités de devenir leader sur ce marché évalué à environ 200 milliards d’euros rien qu’en France. En outre, l’Europe est très compétitive dans ce domaine, notamment grâce à une excellente complémentarité franco-allemande. C’est pourquoi l'accès et la mise en œuvre de technologies CPS éprouvées auprès des PME est un enjeu européen majeur. Pour répondre à ce défi, le CEA coordonne le projet européen Euro-CPS, doté d’un budget de 8,2 millions d’euros et lancé en 2015.
Les industriels nationaux et le CEA possèdent un très fort savoir-faire dans les domaines de la microélectronique et des CPS. Face à la compétition mondiale, il faut capitaliser ce potentiel français en parts de marché industrielles. Un effort additionnel de l’État est ainsi demandé pour soutenir un programme ambitieux de R&D afin de maitriser d’une part les composants microélectroniques avancés, et d’autre part les CPS tout en renforçant les compétences nationales en cybersécurité. Cet effort national s’inscrira dans une dimension européenne.

La microélectronique reste la base matérielle de tous les systèmes numériques

Alors que la course à la miniaturisation des composants se ralentit, la diversification des fonctions embarquées sur les puces électroniques, au contraire, s’accélère et devient l’enjeu de compétitivité majeur sur les nouveaux marchés des CPS comme ceux du véhicule autonome ou de l’IoT (internet des objets).  Grenoble est un haut lieu mondial de la microélectronique sur le double plan de l’industrie et de la recherche. Par exemple, la toute nouvelle technologie du FDSOI, alliant faible consommation et performance, y est née au CEA Leti. Particulièrement adaptée aux marchés CPS et IoT, SOITEC et STMicroelectronics l’ont déjà industrialisée en première mondiale avant son adoption récente également par l’allemand Global Foundries, deuxième fondeur de semi-conducteurs au monde. Considérant que la nanotechnologie et le calcul haute performance sont des technologies clés et absolument décisives pour la compétitivité de l'Europe, la France et l’Allemagne ont décidé de faire de la microélectronique un axe fort de leur coopération, favorisant la croissance des sites de microélectronique 300 mm en France (à Crolles) et en Allemagne (à Dresden).

CEA_-_VISITE_BRUNO_LE_MAIRE_Pierre_Jayet-059.jpg
Le Ministre Bruno Le Maire prend place à bord du véhicule autonome de Valeo. © CEA/Jayet

Haut de page