Vous êtes ici : Accueil > Nous connaître > Le CEA et la mixité professionnelle

Le CEA et la mixité professionnelle

A travers la signature de son accord égalité professionnelle (10/10/2017), le CEA agit sur trois axes fondamentaux : favoriser une mixité dans ses métiers ; appliquer, à situation équivalente, le principe d'égalité de rémunération et d'évolution professionnelle ; favoriser et promouvoir la conciliation entre vie professionnelle et vie privée.
Publié le 27 février 2020

UN ENGAGEMENT DE 40 ANSmixite pro.jpg

Le CEA est engagé depuis plus de 40 ans dans une politique visant à assurer et à promouvoir l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes à tous les niveaux de l’entreprise :

  • Dès 1979, le bilan social intègre des indicateurs de situation comparée entre les femmes et les hommes.
  • 1985, un plan d’action en matière d’égalité professionnelle est mis en œuvre.

Aujourd’hui, l’accord d’entreprise, signé le 10/10/2017 et déployé par un réseau de référents en ressources humaines, agit sur 3 axes :


          1. Favoriser la mixité dans les métiers du CEA

La mixité est une dimension importante de l’égalité professionnelle et un facteur d’enrichissement collectif, de cohésion sociale et de performance pour l’entreprise. Le CEA souhaite favoriser et promouvoir une représentation des salariés des deux sexes dans ses métiers.


NOS PARTENARIATS

Le CEA est partenaire du Cercle InterElles avec 13 autres entreprises pour agir en faveur de la mixité et de l'égalité professionnelle dans les secteurs scientifiques et technologiques.


          2. Appliquer à situation équivalente, le principe d'égalité de rémunération et d'évolution professionnelle

Le CEA proscrit toute forme de discrimination en fonction exclusive du sexe, de la maternité, de la paternité, ou de la parentalité au recrutement et tout au long de la carrière du salarié.


CONTINUER A AGIR EN FAVEUR DE L'ÉGALITÉ DE RÉMUNÉRATION

Depuis le 05/09/2018,  la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel impose aux entreprises de supprimer les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes.
Pour mesurer si l'obligation est respectée, cinq indicateurs sont pris en compte et donnent une note sur 100 points :

  • Les écarts de salaire entre les femmes et les hommes à âge et poste comparables
  • La même chance d'avoir une augmentation individuelle entre les femmes et les hommes
  • La même chance d'avoir une promotion entre les femmes et les hommes
  • Toutes les salariées augmentées à leur retour de congé maternité, dès lors que des augmentations ont été données en leur absence
  • Le nombre de salarié du sexe sous-représenté parmi les 10 plus hautes rémunérations.

Entre le 1er janvier et le 31 décembre 2019, la note du CEA est de 89 sur 100 points, sachant que l’entreprise obtient une note de 39 sur 40 points à l’indicateur 1 sur les écarts de salaire entre les femmes et les hommes.

           
           3. Favoriser et promouvoir la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle.

Pour garantir une évolution de carrière équivalente entre les femmes et les hommes, le CEA veille à ce que les absences au titre d'un congé de maternité, d'un congé de paternité et d'un congé d'adoption n'aient aucune incidence en termes de déroulement du parcours professionnel, qu'il s'agisse d'évolution de la rémunération ou d'évolution professionnelle, à quelque niveau que ce soit.


LES CHIFFFRES CLES DE L'EGALITE PROFESSIONNELLE (2017)

Diapositive1.JPG


LA DOCUMENTATION A LIRE