Vous êtes ici : Accueil > Radiomarquage et imagerie in vivo

Laboratoire | Imagerie médicale | Chimie


Radiomarquage et imagerie in vivo

Publié le 6 avril 2017

 

Responsable
Vincent Dive
vincent.dive@cea.fr

Marquage radioactif

Le CEA possède une longue expérience dans la manipulation de la radioactivité qui est préservée et développée au SIMOPRO pour l'étiquetage des peptides, des pseudo peptides et des protéines, avec du tritium, mais aussi avec du 14C et récemment du 99mTc.
Cette activité donne lieu à de multiples collaborations, à la fois avec des partenaires académiques et industriels.

Imagerie in vivo

Radio imagerie

Le marquage des biomolécules avec des isotopes stables tels que le tritium ou le 14Carbone permet d’établir de manière préliminaire les propriétés pharmacocinétiques ainsi que la biodistribution tissulaire de molécules à effet thérapeutique potentiel. Ce dernier objectif peut être atteint en utilisant des radio imageurs numériques, tels que ceux développés par la société Biospacelab (BetaIMAGER™ TRACER, figure). Le beta-imageur permet d’acquérir des images en temps réel, avec une sensibilité de comptage extrême (0,007 cpm/mm2 pour le tritium et 0,01 cpm/mm2 pour le 14Carbone) et une quantification absolue du signal. 

 

Imagerie optique

 

Les peptides et les protéines sont marqués par un groupe fluorescent (proche infrarouge) permettant leur détection in vivo par un système d'imagerie 3D à fluorescence (FMT-2500, Perkin Elmer, figure).

 

Animaux (souris, rats, lapins)

Pratiquées dans une animalerie dédiée, les expériences les plus courantes au SIMOPRO sont la microchirurgie ; l’implantation de minipompes pour la perfusion de ligands pour des applications thérapeutiques ; le développement de modèles tumoraux et d’athérosclérose chez la souris ; les coupes de tissus congelés pour la radioimagerie ; des méthodes d’installation et d’aspiration intra-trachéales pour les études d’exposition pulmonaire.​

​Publications