Vous êtes ici : Accueil > Partenaires > Éric Capelle nommé Directeur de la conformité et du contrôle interne du CEA

Nomination | Communiqué de presse | Institutionnel

Éric Capelle nommé Directeur de la conformité et du contrôle interne du CEA


​Éric Capelle est nommé Directeur de la conformité et du contrôle interne, auprès de l’Administrateur général du CEA, à compter du 1er mars 2017. 

Publié le 10 avril 2017

Diplômé de l'École Nationale Supérieure de Chimie de Paris et titulaire d'un DEA de métallurgie – Paris VI, Éric Capelle débute sa carrière au CEA en 1981 à la Direction des Applications Militaires (DAM).

Après une quinzaine d'années consacrées aux sciences des matériaux, Éric Capelle exerce plusieurs responsabilités dans la gestion des ressources humaines. Il contribue notamment à l'élaboration de la politique d'accompagnement des salariés lors de la fermeture des sites de Vaujours en 1996, et de Limeil-Brévannes en 1999[1].

En 2000, Éric Capelle rejoint une autre direction opérationnelle du CEA, la Direction de l'Énergie Nucléaire (DEN) en tant qu'adjoint au chef du Département des matériaux pour le nucléaire avant d'intégrer, en 2002, la Direction de la communication du CEA, en tant que Directeur adjoint.

En 2003, il rejoint la Direction générale du CEA, où il occupe les fonctions de chef de Cabinet de l'Administrateur général du CEA, Alain Bugat.

En mars 2008, Éric Capelle est nommé Directeur des achats et des partenaires stratégiques du CEA, direction en charge des achats  du CEA, ces derniers représentant chaque année des commandes d'environ 2,5 milliards d'euros. Depuis le 1er septembre 2016, il exerçait la fonction de Directeur délégué au contrôle interne étant à ce titre l'interlocuteur des autorités de tutelle et de contrôle du CEA dans son domaine de compétences.

A propos de la conformité

La conformité (traduction française du mot anglais « compliance ») s'entend comme « l'ensemble des mesures prises par l'entreprise et sa direction dans le but de répondre aux exigences posées par les lois et règlements, ainsi que par toute autre « norme » ou « valeur » dont l'inobservance ou le non-respect risquerait d'entraîner des conséquences négatives pour l'entreprise et ses dirigeants, tels que dommages financiers, perte de réputation, mise en jeu de la responsabilité civile et pénale ».
Au-delà de l'application stricte des lois et règlements, la conformité vise donc aussi le respect de normes semi-publiques ou purement privées, telles que les normes déontologiques, les codes de conduite, les chartes éthiques, les guides de bonnes pratiques et autres formes d'engagement volontaire des entreprises ou organismes, qu'ils soient publics ou privés.

[1] Anciens centres du CEA (DAM) en région parisienne.

Haut de page