Vous êtes ici : Accueil > Partenaires > Interview de Tony Prezeau, responsable du service Marketing stratégique du CEA

Actualité | Interview | Innovation pour l'industrie

De l’innovation au marché

Interview de Tony Prezeau, responsable du service Marketing stratégique du CEA


​Le 13 novembre prochain, les deuxièmes Rencontres du marketing de l’innovation auront lieu à Minatec sur le centre CEA de Grenoble. Organisées par le service Marketing stratégique du CEA avec Grenoble École de Management, elles visent une meilleure compréhension des enjeux du marketing technologique au travers de partage d’expériences, d’outils et de méthodes, avec des entreprises leader et des experts français et européens.

Publié le 4 novembre 2014

​Comment définir le marketing de l’innovation technologique ?

Pour reprendre une formule de Paul Miller, le marketing technologique est « l’étude des marchés qui n’existent pas ». En effet, le sujet d’analyse n’est pas un secteur bien défini B to C [1] ou B to B [2]. Nous étudions principalement des marchés qui pourraient naître de technologies de rupture.
Nous avons donc très peu de visibilité par rapport au marketing traditionnel qui repose sur des données facilement chiffrables. C’est aussi un domaine beaucoup plus incertain, car la mise sur le marché d’innovations technologiques présente un taux d’échec de 80 à 90 %, principalement par manque de compréhension des vrais
besoins des marchés.

Notre discipline doit aussi innover pour saisir les opportunités et sensibilités d’un monde en perpétuel changement. C’est tout l’objet des rencontres que nous organisons, avec Grenoble École de Management, pour réfléchir, avec des industriels, aux stratégies à mettre en œuvre dans le contexte actuel. Par exemple, la directrice Créativité de Renault nous présentera l’innovation frugale [3] venue d’Inde et son impact sur les projets de R&D et la stratégie de Renault.


Quelle est l’offre du service Marketing stratégique?

Créé il y a plus de vingt ans, notre service est un support d’aide à la décision pour accompagner la valorisation des technologies du CEA. Nous réalisons des études pour comprendre les besoins des marchés afin de positionner au mieux nos offres. Quelle est la brique technologique la plus adéquate ? Comment bien la protéger ? Quel business model peut contribuer à son introduction sur le marché ? Comment et à quels acteurs présenter cette offre ? Quel est le positionnement des autres centres de recherche au niveau mondial ? Etc.

Pour répondre à ces questions, notre service est doté de nombreux outils et bases de données et s’appuie sur des méthodes éprouvées. Nous sommes environ 25 experts à recueillir, analyser et structurer des informations issues de ressources documentaires, d’entretiens bilatéraux ou lors d’animation de groupes. Il s’agit d’apporter un éclairage, des recommandations ou un plan d’actions.


Les industriels peuvent-ils bénéficier de vos services ?

Nous ne concurrençons pas les cabinets de conseil extérieurs. Nous intervenons exclusivement à la demande du CEA pour ses chercheurs, instituts et directions. Mais il est fréquent que nos études alimentent la réflexion des industriels dans le cadre des partenariats qu’ils mènent avec le CEA, tout en préservant la confidentialité sur les voies de recherche explorées ensemble.


[1] B to C : (Business to consumer) entreprises ciblant des consommateurs.
[2] B to B : (Business to business) entreprises avec une clientèle d’entreprises.
[3] Innovation frugale : démarche consistant à répondre à un besoin le plus simplement et efficacement possible en utilisant un minimum de moyens.

Les 2es rencontres Marketing de l’Innovation

Pour la deuxième édition des Rencontres du Marketing de l’Innovation et des Technologies, le jeudi 13 novembre prochain à Minatec, le thème sera : « Quelles réponses face aux contraintes actuelles ? Innover dans le marketing de l’innovation technologique ».

Des acteurs économiques et académiques témoigneront sur les points suivants :

  • transformer les menaces en opportunités ;
  • accélérer son processus d’innovation ;
  • positionner le client au cœur de l’innovation ;
  • rebondir avec une démarche d’innovation dans un environnement difficile ;
  • créer plus de valeur avec moins de moyens ;
  • tirer parti de son écosystème pour innover ;
  • relancer l’industrialisation par l’innovation ouverte.
Propos recueillis par Aude Ganier - Les Défis du CEA n°194


Haut de page