Vous êtes ici : Accueil > Partenaires > Découverte d'un mécanisme clé intervenant dans un grand nombre de cancers du sein

Communiqué de presse | Résultat scientifique | Santé & sciences du vivant | Cancer | Diagnostic et thérapies innovantes

Découverte d'un mécanisme clé intervenant dans un grand nombre de cancers du sein


​​Un nouveau mécanisme d’épigénétique favorisant la progression d’un grand nombre de cancers du sein vient d’être identifié par un laboratoire du CEA créé grâce au soutien de Genopole. Ce résultat a été obtenu en collaboration avec des équipes américaines et la compagnie allemande Boehringer Ingelheim Pharmaceuticals. Ces résultats sont publiés dans Nature le 4 décembre 2014.​

Publié le 2 décembre 2014

​Le Laboratoire d’Etude Fonctionnelle des Génomes (LEFG) du CEA-IRCM*, créé au sein du biocluster d’Evry grâce à un soutien « ATIGE** » de Genopole, vient d’identifier le rôle clé de la protéine TRIM37, codée par le gène TRIM37, dans la progression tumorale. L’étude a été réalisée en collaboration avec des chercheurs américains du Howard Hughes Medical Institute, de la Massachusetts Medical School, du département de pathologie de Yale et de Boehringer Ingelheim Pharmaceuticals, a récemment fait l’objet d’une publication dans la prestigieuse revue Nature.​

Le gène TRIM37 se trouve dans une région du chromosome 17 amplifiée ou mutée dans une proportion importante de cancers du sein. Les chercheurs ont montré que la protéine TRIM37 est une enzyme modifiant une protéine intimement liée à l’ADN, l’histone H2A. Par cette action, TRIM37 contribue à une modification épigénétique : sans altérer directement l’ADN, elle affecte sa compaction, avec pour effet d’ « éteindre » de nombreux gènes suppresseurs de tumeurs. Les scientifiques ont d’ailleurs révélé que le fait d’inhiber expérimentalement TRIM37 entraîne la réexpression de gènes suppresseurs de tumeur et arrête la progression des cellules tumorales humaines greffées chez des rongeurs modèles.​

« Les analyses bio-informatiques indiquent que la protéine TRIM37 présente plusieurs domaines  susceptibles  de constituer des cibles pour rechercher de nouveaux médicaments, explique le responsable du LEFG, le Dr. Claude Gazin, impliqué dans cette étude. La détermination expérimentale de sa structure tridimensionnelle permettra d’explorer de nouvelles opportunités thérapeutiques pour les cancers du sein présentant une surexpression de TRIM37 ». Ce résultat s’inscrit dans le cadre de recherches menées au Genopole sur des altérations génomiques liées aux cancers. Ces travaux laissent envisager de nouveaux traitements de moindre toxicité et des opportunités pour des cancers jusqu’alors sans p​ossibilité de traitement. Le développement de la médecine personnalisée contre le cancer repose fortement sur ce type de recherches.

 * Laboratoire de l’Institut de Radiobiologie Cellulaire et Moléculaire du CEA ​​





** ATIGE : Actions Thématiques Incitatives de Genopole 

Haut de page