Vous êtes ici : Accueil > Partenaires > Démarrage de la chaufferie nucléaire du sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Duguay-Trouin

Communiqué de presse | Focus | Institutionnel | Défense &sécurité | Dissuasion | Propulsion nucléaire

Démarrage de la chaufferie nucléaire du sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Duguay-Trouin


​Le programme Barracuda, piloté par la Direction générale de l’armement (DGA) au profit de la Marine nationale, a franchi une nouvelle étape le 30 septembre 2022 avec le démarrage de la chaufferie nucléaire du SNA Duguay-Trouin, deuxième sous-marin de la série, en cours d’achèvement et d’essais à Cherbourg. La chaufferie nucléaire des sous-marins du programme Barracuda a été développée sous la maîtrise d’ouvrage de la Direction des applications militaires du CEA.

Publié le 3 octobre 2022

​Le démarrage de la chaufferie nucléaire, appelé « divergence », réalisé avec le soutien de l’équipage d’armement du sous-marin, consiste à enclencher pour la première fois une réaction nucléaire maîtrisée dans le cœur du réacteur nucléaire de propulsion du navire. Cette étape, réalisée après autorisation préalable du Délégué à la sûreté nucléaire et à la radioprotection pour les installations et activités intéressant la défense (DSND), sera suivie des essais à la mer du sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Duguay-Trouin avant sa livraison en 2023.

Les six sous-marins commandés dans le cadre du programme Barracuda renouvelleront d’ici à 2030 la composante des 6 sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) de la Marine nationale, constituée actuellement de 5 SNA de type Rubis mis en service à partir des années 1980 et du SNA Suffren, premier de la série du même type, admis au service actif en juin 2022.

Comme leurs prédécesseurs, les sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) du programme Barracuda sont équipés d’une propulsion nucléaire qui leur confère un rayon d’action et une discrétion remarquables. Ils sont plus rapides, plus endurants et plus polyvalents que les SNA de la génération précédente avec leurs nouvelles capacités de mise en œuvre de forces spéciales et de frappe d’objectifs terrestres situés à plusieurs centaines de kilomètres à l’aide de missiles de croisière navals. Ils représentent un bond technologique qui permet à la France de rester dans le club très restreint des nations qui mettent en œuvre des SNA modernes et performants.

Pour la maîtrise d’œuvre de la chaufferie nucléaire embarquée, le CEA s’appuie sur TechnicAtome pour la conception et la réalisation des chaufferies, et sur Naval Group pour la réalisation des capacités principales associées et l'intégration des chaufferies à bord des sous-marins. L’ensemble du processus menant à la mise en service d’une nouvelle chaufferie nucléaire est encadré sous la responsabilité du Délégué à la sûreté nucléaire et à la radioprotection pour les installations et activités intéressant la défense (DSND).

Commandé en 2009 par la DGA, le SNA Duguay-Trouin a été transféré du hall de construction de Naval Group à Cherbourg sur le dispositif de mise à l’eau en novembre 2021. Après essai des équipements installés à bord, il a été mis à l’eau dans le bassin de Cachin à l’été 2022. Le démarrage de la chaufferie nucléaire, ou première divergence, qui consiste à s’assurer du bon démarrage de son réacteur, marque un jalon majeur dans la vérification du bon fonctionnement de la propulsion avant les essais à la mer puis sa livraison prévue en 2023.

Les quatre autres sous-marins du programme Barracuda (Tourville, de Grasse, Rubis et Casabianca) sont actuellement à différents stades de construction, et leurs livraisons s’échelonneront jusqu’à l’horizon 2030.


Haut de page

Haut de page