Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le CEA et l’Inserm dans la compréhension et la prise en charge des troubles DYS

Actualité | Focus | Santé & sciences du vivant | Cerveau

Le CEA et l’Inserm dans la compréhension et la prise en charge des troubles DYS


​Troubles du langage écrit ou du développement moteur… les troubles de l’apprentissage, ou « troubles dys » – la dyslexie ou la dyspraxie par exemple – sont des dysfonctionnements neurologiques qui entraînent des difficultés d’apprentissage. Les chercheurs de l'infrastructure de recherche NeuroSpin (CEA/Inserm), basée sur le site CEA de Saclay, recourent à la neuroimagerie pour mieux comprendre les mécanismes cérébraux à l’œuvre chez les personnes atteintes de ces troubles. Plus largement, les équipes étudient les processus d’apprentissage : lecture, règles mathématiques, langage… Les chercheurs, au-delà d’améliorer les connaissances, participent à la mise en place de méthodes d’apprentissage adaptées aux difficultés que peuvent rencontrer ces enfants.

Publié le 9 octobre 2017

​Les troubles « dys » vus par l’imagerie cérébrale

La première étape consiste à comprendre comment un enfant ou un adulte lit, parle ou calcule,  puis à comparer chez des sujets sains et des personnes dyslexiques ou dyscalculiques, les images des zones cérébrales activées pendant ces tâches et celles des réseaux de fibres nerveuses les reliant. Apprendre à lire consiste à spécialiser une région visuelle pour reconnaître les formes visuelles que sont les lettres et à transmettre rapidement cette information au réseau du langage oral.  Ce circuit ne se met pas en place chez les enfants dyslexiques, le plus souvent du fait de difficultés à percevoir correctement les sons de la parole. Cela se traduit dans les images par des activations moins importantes que chez les normo-lecteurs et par des réseaux de fibres moins efficaces. Il est donc essentiel de stimuler ce circuit.  Un travail pour augmenter le vocabulaire ou l’aisance dans la manipulation du langage oral est alors une aide cruciale pour ces enfants, de même que l’écriture qui permet de compenser la difficulté auditive par le geste moteur.

Des méthodes pédagogiques adaptées devraient ainsi permettre à tous les enfants, même dyslexiques, de progresser pour atteindre une lecture fonctionnelle.

Dans les cas de dyscalculie, la recherche se mobilise pour développer des tests de diagnostic précoce et mettre au point de nouveaux outils de rééducation, qui seront évalués expérimentalement.


Que sont « les troubles dys » ?

Les « troubles dys » regroupent les troubles de l’apprentissage, c’est-à-dire :

  • les troubles de la lecture (acquisition du langage écrit), ou « dyslexie »
  • les troubles de la coordination motrice, ou « dyspraxie » 
  • les troubles du calcul, ou « dyscalculie »
  • les troubles du langage oral, ou « dysphasie » 
  • les troubles de l’attention.


Quelques actions des chercheurs de NeuroSpin

  • Des études publiées en 2016 et 2017 ont porté  sur les compétences numériques des enfants dyspraxiques. Les résultats montrent que, malgré une difficulté à évaluer précisément les quantités numériques, les enfants comprennent les concepts qui sous-tendent les mathématiques et peuvent, par exemple, organiser les nombres de façon linéaire.
  • Un site de ressources, Cartable fantastique, propose des outils basés sur le croisement de regards de chercheurs en sciences cognitives et d’enseignants pour  faciliter la scolarité des enfants dyspraxiques. Ce site a été récemment enrichi d’une banque d’exercices réalisée en partenariat avec le Ministère de l’Education Nationale, les Fantastiques Exercices
  • De nombreuses actions de formation et d’information sur les difficultés rencontrées par ces enfants au cours des apprentissages scolaires sont organisées.


VidéoLa dyspraxie


Les études menées sur la dyspraxie par les équipes CEA/Inserm de NeuroSpin ont bénéficié d’un soutien de la Fondation pour la Recherche Médicale (FRM) et de la fondation Bettencourt Schueller pour les aspects liés à la neuroéducation.

VidéoDyspraxie : quand le cerveau s’emmêle


Haut de page

Haut de page