Vous êtes ici : Accueil > Domaines de recherche > Défense & sécurité

Domaines de recherche

Défense & sécurité

​​

Publié le 14 décembre 2021

​​​Le CEA est chargé de missions au service de la défense et de la sécurité dans différents domaines : les têtes nucléaires des composantes aéroportée et océanique de la dissuasion, les réacteurs et cœurs nucléaires pour la propulsion des sous-marins et porte-avions, la lutte contre la prolifération nucléaire et le terrorisme.

​Les recherches du CEA dans le domaine de 

la défense et de la sécurité


Le CEA a pour mission de concevoir, fabriquer, maintenir en condition opérationnelle, puis démanteler les têtes nucléaires qui équipent les forces nucléaires aéroportée et océanique françaises. Le CEA est aussi chargé de la conception et de la réalisation des réacteurs et de cœurs nucléaires équipant les bâtiments de la Marine nationale, sous-marins et porte-avions. Il apporte son soutien à la Marine nationale pour le suivi en service et le maintien en condition opérationnelle de ces réacteurs.

Le CEA est également responsable de l'approvisionnement des matières nucléaires stratégiques pour les besoins de la dissuasion.

Dans un monde en profonde mutation, le CEA contribue également à la sécurité nationale et internationale à travers l’appui technique qu’il apporte aux autorités, pour les questions de lutte contre la prolifération nucléaire et le terrorisme, et de désarmement.

Depuis 2010, le CEA apporte son expertise à la Défense dans le domaine de l’armement conventionnel.



Le programme simulation

Le programme Simulation

Les têtes nucléaires, appelées à remplacer les armes en service arrivant en fin de vie, sont désormais garanties sans essais nucléaires nouveaux. Le programme Simulation, lancé en 1996, répond à cet objectif de garantie de leur fiabilité et de leur sûreté. Il repose sur la modélisation des phénomènes intervenant dans le fonctionnement des armes, sur leur traduction en équations incluses dans de grands codes de calcul portés sur des calculateurs de puissance. La validation en est faite sur les grandes installations expérimentales Epure et Laser Mégajoule (LMJ).

Les supercalculateurs

Les supercalculateurs sont dimensionnés pour répondre aux besoins de conception et de garantie des armes nucléaires. La puissance de calcul de Tera 1000 atteint 25 millions de milliards d'opérations par seconde. Elle repose sur une technologie Bull, très économe en consommation électrique. Son architecture préfigure les supercalculateurs de la génération 2020, dite "exascale" (milliard de milliards d'opérations par seconde) que le CEA développe en co-design avec Atos. 

L’installation Epure

Le traité Teutatès franco-britannique, signé le 2 novembre 2010, concerne le partage d’installations radiographiques dédiées aux programmes de dissuasion respectifs des deux pays. L'installation Epure permet de radiographier des matériaux en mouvement extrêmement rapide (quelques kilomètres par seconde) dont la densité est très élevée.

Le laser Mégajoule

Dans le cadre du Programme Simulation, le Laser Mégajoule (LMJ), sur le centre CEA Cesta est un laser de puissance capable de reproduire, au centre d’une chambre d’expérience de 10 mètres de diamètre, les conditions de densité et de température rencontrées lors du fonctionnement d’une arme nucléaire. Ceci est réalisé en concentrant son énergie lumineuse sur des cibles millimétriques pendant une durée de quelques milliardièmes de secondes. Depuis sa mise en service en 2014, il a réalisé de nombreuses expériences permettant d’aborder les différentes phases du fonctionnement nucléaire des armes de la dissuasion française, afin d’en améliorer la modélisation. Les premières réactions de fusion nucléaire par implosion y ont été produites en 2019.



propulsion nucléaire

La propulsion nucléaire

La flotte des bâtiments à propulsion nucléaire de la Marine nationale comporte 12 chaufferies en exploitation équipées de cœurs nucléaires. Elle est composée de 4 sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de nouvelle génération, du type « Le Triomphant », de 6 sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) du type « Rubis » et du porte-avions Charles de Gaulle.


Le programme Barracuda

La flotte actuelle des sous-marins nucléaires d’attaque sera remplacée par une nouvelle génération à partir de 2017. C’est le programme Barracuda, co-piloté par la Direction générale de l’armement (DGA) pour le navire et par le CEA pour la conception et la réalisation des chaufferies nucléaires et des cœurs associés, ainsi que pour l'ensemble des moyens logistiques nécessaires à leur maintenance.

Le programme RES

La tenue des objectifs de disponibilité de la flotte, avec un niveau élevé de sûreté, repose sur un entretien rigoureux des matériels, sur des équipes compétentes et sur des moyens à terre. Ces moyens sont situés dans l’Unité de Propulsion Nucléaire du centre de Cadarache, rattachée au centre DAM/Ile-de-France. Ils comptent notamment le réacteur d’essais (RES). Représentatif des réacteurs embarqués sur les bâtiments de la Marine nationale et de leurs cœurs nucléaires, le RES constitue un outil de simulation privilégié pour leur conception et leur maintien en conditions opérationnelles.



La lutte contre la prolifération et le terrorisme

La lutte contre la prolifération et le terrorisme

Dans la lutte contre la prolifération nucléaire et le terrorisme, le CEA apporte son expertise, fondée sur sa connaissance du nucléaire et sur ses savoir-faire dans le domaine des technologies de détection et d’identification.

Pour informer les autorités nationales en cas d’essai nucléaire, le CEA participe à la mise en œuvre des moyens de vérification du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (Tice).

Le CEA est également chargé par les pouvoirs publics et la Défense de piloter le programme « Sécurité globale : lutte contre le terrorisme nucléaire, radiologique, biologique, chimique et explosif (NRBC-E) et cybersécurité ».



La défense conventionnelle

La Défense conventionnelle

Le CEA, principalement sur le centre de Gramat, apporte une assistance à maîtrise d’ouvrage à la DGA sur des activités de défense conventionnelle, en s’appuyant sur une expertise portant sur les effets des armements et sur la vulnérabilité des systèmes d’armes.


La cybersécurité

La cybersécurité

Nourries par la transition numérique, les cybermenaces sont aujourd’hui légion. Face à l’ampleur des attaques perpétrées par des groupes organisés, le CEA s’est doté d’une stratégie et de moyens de recherche en matière de cybersécurité. Des moyens qu’il met à la disposition des institutions françaises et qu’il développe également pour ses partenaires industriels.



Dernières actualités sur la défense

Flux rss


Exposition virtuelle des activités de défense et sécurité du CEA

VidéoExposition virtuelle des activités de la Direction des applications militaires du CEA



 

Voir dans l'espace de culture scientifique

Découvrir & comprendre (1 documents)

Flux rss

Voir dans la médiathèque

Pour aller plus loin, consultez les éditions, animations et vidéos de notre médiathèque.