Nos recherches.

Notre  expertise  au  service  de  sept  axes  de  recherche  principaux.








Photo of a microscope or more precisely a binocular. It’s used for inspecting insects.

Nos axes de recherche.


Afin d’atteindre nos objectifs et de remplir notre mission, nos équipes travaillent sur différents axes de recherche dans une approche transversal. Ainsi nous étudions rigoureusement, différents procédés, technologies, modèles intervenant dans la maîtrise des divers champs qui composent le domaine du nucléaire.

​Les réacteurs actuels de 2e et 3e génération de type REP.

Photo du réacteur de recherche Eole d'IRESNE sur le site du CEA de Cadarache. Il permet de vérifier la validité des codes de calculs développés au CEA. Il s'agit d'un réacteur de puissance nulle. A l'arrêt depuis 2017.

L’objectif est de soutenir le parc de réacteurs EDF, avec des enjeux en termes de durée d'exploitation, de performance, de disponibilité et de sûreté. Ce parc est composé de Réacteur à Eau Préssurisée (REP).

​Les réacteurs du futur de 4e génération.

Le mur d'images de la DEN, sur le centre de Paris-Saclay, permet de visualiser en immersion 3D des résultats de simulations de fonctionnement ou de procédés liés aux réacteurs nucléaires. Modélisation en soutien à la conception d'un réacteur à neutrons rapides refroidi au sodium (projet Astrid). Etude de la tenue mécanique des structures à la propagation d'une onde de pression.

Les recherches sur les réacteurs dits de 4e génération ont pour but de proposer des solutions en termes de fermeture du cycle du combustible et d’utilisation de la ressource en uranium.

​Les petits réacteurs modulaires de demain : les SMR, les AMR, les MMR, les MSR,....

Modélisation du futur SMR français NUWARD

Les Small Modular Reactor présentent une puissance moindre que les REP. Il s’agit donc de répondre à un besoin spécifique (comme le remplacement de centrale à charbon) et surtout d’innover en matière de sûreté et de conception.

Le soutien à la Défense.

​Illustration de thème

​Les équipes de l’IRESNE assurent les recherches sur les combustibles, composants et cœurs des chaufferies embarquées dans les bâtiments de la Marine Nationale (réacteurs de propulsion navale).

​Le cycle nucléaire : vers un recyclage complet des matières valorisables.

	Gros plan sur les différents constituants d'une aiguille. Développement de procédés de montage et de contrôle (flèche - alignement bouchon-aiguille - fil espaceur-gaine...) des aiguilles combustibles du démonstrateur de réacteur de 4ème génération Astrid, sur des maquettes (matières non irradiantes) et via des moyens plus ou moins automatiques qui pourront soutenir un rythme industriel. Il est prévu 300 assemblages dans le coeur de réacteur (600 °C env.) ; chacun de 217 aiguilles - soit 60 000 à 90 000 pastilles combustibles.

​Les chercheurs se penchent sur la fabrication, le traitement puis le recyclage du combustible dans l’objectif de « fermer le cycle » nucléaire et de réutiliser toutes les matières pouvant fournir de l’énergie.

La R&D pour l’Assainissement et le Démantèlement (A&D).

Télémanipulation en cours dans une cellule blindée du LECA-STAR. Le laboratoire d'examens des combustibles actifs (Leca) et la station de traitement, d'assainissement et de reconditionnement de combustibles irradiés (Star) forment un laboratoire haute activité destiné aux examens destructifs et non destructifs de crayons de combustible irradiés.

​L’IRESNE travaille également en collaboration avec d’autres unités du CEA sur la question du démantèlement des installations nucléaires en fin de vie et le traitement des déchets nucléaires.

 
 
 

​Le réacteur de recherche Jules Horowitz : RJH

Modélisation du coeur du RJH

​Un outil indispensable pour accompagner les études sur les combustibles et matériaux des réacteurs de puissance et des réacteurs de recherche. L’IRESNE sera l’exploitant du futur réacteur de recherche Jules Horowitz actuellement en construction sur le centre CEA de Cadarache.