Vous êtes ici : Accueil > Découvrir les métiers scientif ... > Ingénieur-chercheur développement de codes de calcul

Métier | Electronique | Informatique | Mathématiques | Simulation & modélisation


Ingénieur-chercheur développement de codes de calcul

Publié le 5 septembre 2019
En atteignant des niveaux inégalés de simulation et de modélisation des phénomènes les plus complexes, les supercalculateurs s’imposent comme des outils essentiels de recherche et d’innovation. L’ingénieur-chercheur développe des logiciels de simulation numérique qui, mis à disposition d’autres physiciens-chercheurs, les aideront à résoudre les problèmes scientifiques auxquels ils sont confrontés.

Vos missions

  • Choisir parmi les modèles disponibles celui adapté au problème posé.
  • Adapter si besoin le modèle au code numérique de simulation.
  • Élaborer et tester les codes de calcul.
  • Suivre les règles de programmation, les tests unitaires, la validation, les versions, etc.



Au quotidien

Selon Michel, la simulation n’est rien d’autre qu’une expérience virtuelle. Par la mise en équation, il cherche à réduire la complexité de ce qu’étudient les expérimentateurs et travaille de façon complémentaire avec eux. Plus l’objet à modéliser est complexe, plus le code est difficile à concevoir. Une grande partie de son travail consiste à programmer, à « faire du code ». Les résultats produits par les simulations sont retranscrits sous forme d’animations présentées sur des murs d’images. Ces dernières fonctionnent essentiellement comme des aides à la décision pour les théoriciens et les chercheurs en laboratoire, pour orienter les recherches vers une voie ou une autre.



Mon travail concilie mon envie de savoir si l'Univers peut se réduire à quelques équations et mon goût pour celles-ci. "
Michel,
Doctorat et thèse en Physico-chimie.
VidéoLa simulation numérique : Lydie Grospellier



Compétences
  • Analyse numérique
  • Développement codes et calculs
  • Mathémathiques appliquées

Zoom sur Les 3 faces
de la simulation

IngenieurDeveloppementCodesSimulation-20070912-009-BD.jpg
Le supercalculateur TERA-10 développe une puissance de plus de 50 téraflops (50 000 milliards d'opérations à la seconde) © H.Raguet/Science&Avenir/CEA

Aujourd’hui, la simulation demande trois types de com­pétences. Les mathématiques appliquées pour modéliser les phénomènes, les mettre en équations. L’informatique, utilisant l’algorithmique, pour concevoir les codes de calcul adaptés aux machines. Enfin, une bonne connais­sance du domaine étudié.