Vous êtes ici : Accueil > Actualités > La variole du singe étudiée par organoïdes cutanés

Fait marquant | Résultat scientifique

La variole du singe étudiée par organoïdes cutanés


​​​​​Face à l’épidémie de la variole du singe, ou virus Mpox, en 2022, les chercheurs de l’Irig ont découvert que les organoïdes de peau représentent un modèle robuste pour étudier les interactions virus/hôte et tester des agents antiviraux capables de limiter cette infection.
Publié le 27 novembre 2023

​​La variole du singe, ou virus Mpox, est une maladie infectieuse qui circule dans les régions tropicales d’Afrique. En 2022, une épidémie de Mpox a émergé dans plus de cent pays, principalement en Europe et aux USA. Même si cette maladie paraît moins sévère que la variole, de graves complications, notamment des lésions cutanées ou étendues, des cas de surinfection et des décès ont été signalés. Ainsi, il est ​​urgent de mieux comprendre la physiopathologie de cette infection afin de développer des traitements efficaces.​

Cette maladie touchant la peau, les chercheurs de l’Irig, en collaboration avec une équipe néerlandaise de l’université de Rotterdam et Leiden, ont développé des organoïdes cutanés, dérivés de cellules souches humaines reproduisant les caractéristiques de la peau. Ces organoïdes pourraient représenter un modèle expérimental robuste (réf. 1, 2). En effet, mis en contact avec le virus Mpox, ils surexpriment les gènes viraux qui modifient l’information génétique de l’hôte. Les études des chercheurs montrent que le traitement par l’antiviral tecovirimat inhibe la production des particules infectieuses, confirmant ainsi le potentiel de ce modèle (voir Figure).

 ​Figure 1 ​: Organoïde de peau (bleu) infecté par le virus Mpox (jaune). Rouge : noyaux cellulaires

C​es découvertes contribuent à une meilleure compréhension des lésions cutanées liées à l’infection par le virus Mpox. L’utilisation d’organoïdes humains semble donc une piste intéressante pour faciliter, voire accélérer, la découverte de traitement pour d’autres maladies émergentes à venir.

organoïdes : Structures tridimensionnelles cultivées in vitro qui s’auto-organisent et reproduisent certaines fonctions de l’organe réel.

Haut de page