Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Vers un dispositif innovant pour le contrôle de la qualité de l’air intérieur et le diagnostic non-invasif de la tuberculose

Résultat scientifique | Santé & sciences du vivant | Environnement | Micro-nanoélectronique

Vers un dispositif innovant pour le contrôle de la qualité de l’air intérieur et le diagnostic non-invasif de la tuberculose


Le CEA-Leti lance le projet COVADIS, dont l’objectif est de développer un système de détection et de quantification des composés organiques volatils (COVs) présents dans l’air intérieur et l’haleine  qui soit à la fois très sensible, portable et peu coûteux. Soutenu par les pôles de compétitivités Lyon Biopole, Advancity et Axelera, le projet est mené en partenariat avec la start-up Ethera, bioMérieux, Pleiades Technologies et le laboratoire Francis Perrin sur une durée de trois ans.

Publié le 4 janvier 2011

Une technologie simple, sensible et à bas coût

Le dispositif s’appuie sur une technologie développée par le laboratoire Francis Perrin (unité mixte CEA/CNRS) : un matériau sol-gel nano-poreux contenant des molécules sondes qui réagissent spécifiquement avec le COV à détecter. Le produit de cette réaction chimique peut alors être détecté optiquement, par colorimétrie ou fluorescence.

La start-up Ethera, soutenue par le CNRS et le CEA, coordonne le projet COVADIS . Elle commercialise d’ores et déjà un dispositif à lecture colorimétrique, donnant un premier niveau d’indication de la teneur en formaldéhyde de l’air.

Le projet COVADIS va  plus loin et vise à  développer un lecteur portable plus sensible, plus rapide et plus précis (basé sur une transduction optique par fluorescence), conçu également pour permettre la quantification simultanée de plusieurs  COVs. Un tel dispositif n’existe pas encore sur le marché.

Deux grands domaines d’application liés à la santé humaine

Pour répondre aux objectifs du Grenelle de l’Environnement, le projet COVADIS apportera des solutions simples pour la mesure de polluants toxiques et cancérogènes dans les lieux publics et chez le particulier : la mesure se fera directement sur place, en seulement quelques minutes. Le prélèvement préalable sur site suivi d’une analyse en laboratoire ne sera donc plus nécessaire.

Le projet COVADIS permettra également de disposer d’un test de diagnostic précoce et non invasif de la tuberculose grâce à la mesure de COV spécifiques dans l’haleine des patients. Cette technique permettra d’effectuer un dépistage de masse et se substituera avantageusement aux méthodes actuelles de diagnostic, longues et coûteuses, puisqu’elles peuvent nécessiter des moyens lourds tels que la radiographie.

Haut de page