Vous êtes ici : Accueil > Découvrir et Comprendre > Les thèmes > L'homme et les rayonnements

Dossier multimédia | Livret thématique | Radioactivité | Santé & sciences du vivant

L'homme et les rayonnements

La radioprotection


Pour protéger la population et les travailleurs, des mesures ont été fixées à l’échelle internationale et nationale.

Publié le 1 juillet 2014

Les règles de radioprotection

La radioprotection est un ensemble de mesures destinées à assurer la protection sanitaire de la population et des travailleurs.

Trois règles de protection contre toutes les sources de rayonnements sont :

  • s’éloigner de la source de rayonnements, car leur intensité diminue avec la distance ;

  • mettre un ou plusieurs écrans entre la source de rayonnements et les personnes (par exemple, dans les industries nucléaires, de multiples écrans protègent les travailleurs. Ce sont des murs de béton, des parois en plomb et des verres spéciaux chargés en plomb) ;

  • diminuer au maximum la durée de l’exposition aux rayonnements.


Ces mesures de radioprotection peuvent être comparées à celles que l’on prend contre les ultraviolets : utilisation d’une crème solaire qui agit comme un écran et limitation de l’exposition au Soleil.

Le "dosimètre"
Le “dosimètre” permet de mesurer la quantité de rayonnements auquel le travailleur est soumis.
© CEA/A. Gonin

Equipement d'un technicien
Equipement d’un technicien travaillant en milieu nucléaire : dosimètres, gants, bague, ceinture...
© L. Zylberman

Unité de radioprotection effectuant des prélèvements de terre près d’un centre, pour analyse.
Unité de radioprotection effectuant des prélèvements de terre près d’un centre, pour analyse. © L. Godart / CEA
Pour les sources radioactives émettant des rayonnements, deux autres recommandations sont à ajouter aux précédentes :

  • attendre, quand cela est possible, la décroissance naturelle radioactive des éléments ;

  • utiliser la dilution lorsque l’on a affaire à des gaz radioactifs.

Par exemple, les installations nucléaires ne sont pas démantelées aussitôt après leur arrêt, de façon à attendre une diminution de l’activité des zones. Dans les mines d’uranium souterraines, une ventilation très efficace permet de maintenir une faible concentration de radon dans l’air que respirent les mineurs.


Les travailleurs pouvant être soumis à des rayonnements ionisants lors de leur activité (industries nucléaires, médecins, radiologues…) portent dosimètres, gants, ceintures, bague qui mesurent la quantité de rayonnements auxquels ils ont été soumis. Ces dispositifs permettent de s’assurer que la personne n’a pas reçu une dose supérieure à la norme tolérée ou d’en mesurer la localisation et l’importance.


Plusieurs commissions indépendantes ont amené les autorités à fixer des normes réglementaires pour les limites de doses.


Les normes internationales de radioprotection

La prise de conscience du danger potentiel d’une exposition excessive aux rayonnements ionisants a amené les autorités à fixer des normes réglementaires pour les limites de doses. Ces limites correspondent à un risque supplémentaire minime par rapport au risque naturel, qui le rend donc acceptable.

  • Depuis 1928, la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) rassemble des médecins, physiciens, biologistes… de tous pays. Cette autorité scientifique indépendante émet des avis précieux en matière de radioprotection, pour les réglementations propres à chaque État.

  • L’UNSCEAR (United Nations Scientific Committee on the Effects of Atomic Radiation) réunit des scientifiques représentant 27 nations. Il a été créé en 1955 au sein de l’ONU pour rassembler le maximum de données sur les niveaux d’exposition dus aux diverses sources de rayonnements ionisants et leurs conséquences biologiques, sanitaires et environnementales. Il établit un bilan régulier de ces données, mais également une évaluation des effets en étudiant les résultats expérimentaux, l’estimation des doses, les données humaines.

  • Au niveau européen, l’Union européenne reprend ces avis dans ses propres normes ou directives.


Les normes légales de radioprotection donnent :

  • une limite de dose efficace de 1 mSv/an pour la population et de 20 mSv/an en moyenne sur 5 ans pour les personnes directement affectées aux travaux sous rayonnements ionisants (industrie nucléaire, radiologie médicale) ;

  • une limite de dose équivalente (organe) de 150 mSv pour le cristallin (œil) et 500 mSv pour la peau et les mains.

VidéoRadioprotection, surveillance de l'environnement
VidéoAssainissement nucléaire, démantèlement nucléaire, radioprotection
AnimationgeigerAfficher en plein écran
Le législateur divise par 20 les doses admissibles des travailleurs pour la population car il considère que celle-ci comporte des sujets de tous âges, de tous états de santé et qui ne sont pas si bien suivis médicalement…


Au niveau national

En France, c’est l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), autorité administrative indépendante, créée en 2006, qui a en charge le contrôle de la sûreté et de la radioprotection. L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), appui technique de l’ASN, est placé sous la tutelle conjointe des ministres chargés de la Défense, de l’Environnement, de l’Industrie, de la Recherche et de la Santé. Il a été créé en février 2002 par la réunion de l’Institut de protection et de sûreté nucléaire (IPSN) et de l’Office de protection contre les rayonnements ionisants (OPRI).

L’IRSN réalise des recherches, des expertises et des travaux dans les domaines de la sûreté nucléaire, de la protection contre les rayonnements ionisants, du contrôle et de la protection des matières nucléaires, et de la protection contre les actes de malveillance.


ReportageRadioprotection
  • Contrôle radiologique en laboratoire chaud
    Grâce à divers appareils comme les babylines, l'agent du service de protection contre les rayonnements passe au peigne fin les labos, contrôle les boîtes-à-gants, les surfaces des paillasses...
    Crédits photo : P.Brault/CEA / Date : 1 juillet 1998 / Lieu : CEA Marcoule
    Contrôle radiologique en laboratoire chaudAfficher en plein écran
  • Contrôle de chateaux de transport
    Contrôle de chateaux de transport pouvant contenir des radioéléments activés dans le réacteur de recherche Osiris, des irradiateurs, des sources de césium 137, des colis en partance de Cis Bio vers des hôpitaux.... à l'aide d'une babyline.
    Crédits photo : A.Gonin/CEA / Date : 30 mars 2001 / Lieu : CEA Saclay
    Contrôle de chateaux de transportAfficher en plein écran
  • Mesure du taux d'irradiation
    Balise d'irradiation gamma et signalétique d'activité mesurent en permanence le taux d'irradiation à la surface du plan d'eau à la verticale du cœur du réacteur de recherche Osiris.
    Crédits photo : A.Gonin/CEA / Date : 30 mars 2001 / Lieu : CEA Saclay
    Mesure du taux d'irradiationAfficher en plein écran
  • Dosimètres règlementaires
    Le système de gestion de dosimétrie opérationnelle permet l'affichage immédiat des doses journalières et alimente le système d'archivage des cumuls par mois, trimestre...et le suivi de chaque agent.
    Crédits photo : C.Dupont/CEA / Date : 19 juillet 2005 / Lieu : CEA Cadarache
    Dosimètres règlementairesAfficher en plein écran
  • Contrôle du personnel
    Lors d'une suspicion de contamination, l'agent du service de protection contre les rayonnements contrôle les gants d'un expérimentateur à l'aide d'un contaminamètre.
    Crédits photo : C.Dupont/CEA / Date : 19 juillet 2005 / Lieu : CEA Cadarache
    Contrôle du personnelAfficher en plein écran
  • Contrôle de matériel
    Tout matériel sortant de zone contrôlée est obligatoirement soumis à un contrôle de non contamination et d'irradiation par un agent de radioprotection.
    Crédits photo : C.Dupont/CEA / Date : 19 juillet 2005 / Lieu : CEA Cadarache
    Contrôle de matérielAfficher en plein écran