Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le plancton calcaire, acteur de la dernière déglaciation

Résultat scientifique | Paléoclimats

Le plancton calcaire, acteur de la dernière déglaciation


​Une collaboration incluant le LSCE a mis en évidence la contribution du plancton calcaire de l'Océan austral dans la dernière déglaciation. La production accrue de squelettes calcaires aurait conduit à une moindre absorption du CO2 atmosphérique par les eaux de surface, favorisant l'élévation de la teneur atmosphérique en CO2

Publié le 8 août 2018

Au cours de la dernière déglaciation (de -18.600 ans à -11.500 ans), des remontées d'eaux profondes plus intenses ont apporté dans l'Océan austral des nutriments et du CO2 dissous supplémentaires, favorisant la production de squelettes plus lourds au sein du phytoplancton calcaire, en particulier des coccolithophoridés.

La quantité de calcite (CaCO3) produite par ces organismes marins a augmenté. Cette production a abaissé la concentration de l'eau de mer en ions carbonates (CO32-), ce qui a modifié l'équilibre avec le CO2 dissous dans le sens d'une augmentation de sa pression partielle dans l'eau. Cette augmentation de pression partielle a entraîné une moindre absorption du CO2 atmosphérique par les eaux de surface. Le bilan net de ces processus appelé « contre-pompe » s'est soldé par un affaiblissement du puits de carbone océanique et une augmentation de la teneur atmosphérique en CO2.

Ces travaux ont été menés en collaboration avec Géosciences Paris-Sud (Université Paris-Sud/CNRS), le Centre européen de recherche et d'enseignement en géosciences de l'environnement (INRA, CNRS, Université Aix-Marseille, Collège de France, IRD) et le Centre Oeschger (Suisse).

Haut de page