Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Astrophysique et IRM, un mariage qui a du sens

Astrophysique et IRM, un mariage qui a du sens


​Au CEA, l'IRM à haut champ et l'astrophysique joignent leur savoir-faire dans le projet COSMIC, destiné à optimiser les modèles mathématiques de reconstruction d'images. 

Publié le 17 mai 2017

La Direction de la recherche fondamentale au CEA lance le projet COSMIC, né du rapprochement de deux compétences en traitement des données localisées à l'Institut des sciences du vivant Frédéric-Joliot (NeuroSpin) et au CEA-Irfu (CosmoStat). Les mécanismes d'acquisition de données en radio-astronomie et en IRM présentent des similarités. Les modèles mathématiques utilisés sont en effet basés sur les principes de parcimonie et d'acquisition comprimée, dérivés de l'analyse harmonique.

Les chercheurs des deux équipes ont décidé d'unir leurs expertises pour concevoir de nouveaux outils logiciels communs. La raison essentielle de ce rapprochement part d'une prise de conscience que les équipes CosmoStat et NeuroSpin/UNATI ont des compétences complémentaires et leur fertilisation croisée apparaît donc évidente. Des retombées spectaculaires sont attendues pour les deux domaines : En IRM, l'objectif est de diviser par 15 au moins les temps d'examen ou d'accéder à de l'imagerie in vivo chez l'Homme à une résolution spatiale jamais atteinte (200 μm sur l'ensemble du cerveau) dans un temps d'examen inférieur à 30 minutes. En astrophysique, la résolution des images reconstruites est deux fois meilleures comparée à celles obtenues avec les méthodes classiques.

Ce projet est un projet DRF Impulsion.

Pour en savoir plus : COSMIC – Compressed Sensing for Magnetic resonance Imaging and Cosmology

Haut de page

Haut de page