Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le CEA, premier organisme de recherche déposant de brevets

Actualité | Focus | Innovation pour l'industrie

Valorisation et brevets

Le CEA, premier organisme de recherche déposant de brevets


​Dans le classement 2016 des déposants de brevets auprès de l’INPI, le CEA conforte sa quatrième place avec 684 demandes publiées, derrière les industriels Valéo, PSA et Safran.

Publié le 27 mars 2017

L’institut national de la propriété industrielle (INPI) publie le 27 mars 2017 son palmarès annuel des déposants de brevets (1). Dans ce classement, le CEA confirme sa place de premier organisme de recherche français en nombre de brevets publiés en 2016 qu’il occupe depuis plus d’une dizaine d’années.

Avec 684 brevets déposés (contre 658 l’an dernier), le CEA conforte sa position, avec des dépôts réalisés en priorité dans les champs de la microélectronique et des nouvelles technologies de l’énergie (NTE).
Au niveau international (2),  le CEA est classé au sixième rang des principaux déposants français avec 707 demandes publiées (contre 687 demandes répertoriées l’an dernier).

« Notre modèle de propriété industrielle s’inscrit en cohérence avec notre politique de recherche partenariale. Nous sommes orientés vers une stratégie de dépôts massifs mais déposer des brevets n’est pas une fin en soi et par ailleurs, nous restons très vigilants quant à  l’optimisation des coûts associés, ce d’autant plus que notre portefeuille actif dépasse les 6 000 familles de brevets. Ainsi nous avons fait le choix d’intégrer dans nos équipes une vingtaine d’ingénieurs brevets, dont la moitié est mandataire européen. Leur travail professionnel au plus près des équipes de recherche assure une grande qualité et une efficacité accrue dans notre processus de dépôts. Par ailleurs, la présence du CEA au deuxième rang mondial des organismes publics les plus innovants, selon le classement de Reuters/Clarivate au 1er mars 2017, confirme le couplage fort entre les brevets et les publications scientifiques académiques », explique Isabelle Rivat, Directrice de la valorisation au CEA.

L’analyse du classement par l’INPI

  • Ce classement « témoigne de la nécessité́ toujours plus forte d’aligner politique d’innovation et stratégie de propriété́ industrielle, pour les grands groupes industriels comme pour les organismes de recherche publique ».
  • « Les neuf premiers déposants restent les mêmes que l’an dernier, avec toutefois un changement de places sur le podium : l’équipementier automobile Valeo ravit la 1ère place au constructeur PSA ».
  • « Cette année encore les grands acteurs du secteur automobile restent en tête, suivis des principaux secteurs industriels où la France est en pointe : cosmétique, aéronautique, télécommunications, électronique, chimie et énergie »
  • « Les organismes de recherche publique sont de plus en plus présents dans le palmarès des grands déposants : le CEA et le CNRS, classés respectivement 4ème et 6ème l’an dernier, conservent leur place en 2016. ».

Le modèle du CEA porté vers l’innovation des entreprises françaises et européenne exige une propriété industrielle sécurisée. En effet, elle est le socle de la recherche partenariale que le CEA propose aux industriels, en s’adressant à la fois aux grands groupes, aux PME et aux jeunes pousses. Ce modèle repose avant tout sur une recherche scientifique au meilleur niveau susceptible de s’adapter aux besoins des industriels, menée par des équipes reconnues pour leur excellence et des plateformes performantes et uniques au monde. Le CEA a également professionnalisé l’accompagnement de la valorisation non seulement en se dotant d’ingénieurs brevets diplômés mais aussi par des moyens d’étude « marketing » des marchés visés par les technologies que l’organisme développe, des programmes d’essaimage (3) et des véhicules de financement d’amorçage. Enfin, pour être au plus près des PME et du tissu industriel en général, le CEA déploie dans plusieurs régions des plateformes régionales CEA Tech ainsi que des showrooms dans lesquels ses partenaires industriels peuvent appréhender ses technologies dans le contexte de leur propre activité de production. 


dataroom-palmares2016_002.png

(1) Palmarès des principaux déposants auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) selon le nombre de demandes de brevets publiés en 2016
(2) Palmarès établi en fonction du nombre de demandes de brevets publiés en 2015 auprès de l’INPI ou des principaux autrus ofni#es internationaux (OMPI, OEB, DPMA (Allemagne), JPO (Japon), KIPO (République de Corée), SIPO (Chine) et USPTO (États-Unis))
(3) Près de 200 start-up créées par le CEA depuis 1972, dont 132 start-ups depuis 2000.

Haut de page

Haut de page