Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Précipitations neigeuses : une menace pour les écosystèmes arctiques ?

Résultat scientifique | Environnement | Santé & sciences du vivant | Biologie structurale | Biotechnologies | Génomique

Précipitations neigeuses : une menace pour les écosystèmes arctiques ?


​Un biocapteur ultra sensible, constitué de bactéries génétiquement modifiées qui répondent par une émission de luminescence à la présence de mercure biodisponible (forme de mercure capable de pénétrer dans les cellules) a été développé par une équipe de chercheurs du Laboratoire de glaciologie et géophysique de l’environnement (UJF/CNRS), du Laboratoire adaptation et pathogénie des microorganismes (UJF/CNRS) et de l’Institut de Biologie Structural (CEA/CNRS/UJF) à Grenoble.

Publié le 25 mai 2011

​Depuis des décennies, le mercure contamine sévèrement les chaînes alimentaires mais également les populations natives en Arctique. Une situation surprenante puisque ce poison émis en partie par les activités humaines et transporté vers les pôles voit ses émissions diminuer depuis 40 ans. Les chercheurs ont eu l’idée originale d’étudier la biodisponibilité des dépôts de mercure en Arctique. En effet, le mercure est toxique suite à des transformations par des microorganismes. Pour cela, il est nécessaire que le mercure pénètre dans les cellules et soit donc biodisponible. Grace au biocapteur qu’ils ont développé et en collectant à de nombreuses reprises de la neige fraîchement tombée, les chercheurs se sont aperçus que la biodisponibilité du mercure y était parfois totale ! La neige fraîche serait donc un lieu idéal de concentration ou de production de mercure à caractère biodisponible. Reste que l’origine de cette biodisponibilité est encore mystérieuse et nécessite d’autres travaux en Arctique qui seront entrepris dès cette année.

Haut de page