Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Thermadiag : contrôle de procédé par l’image thermique

Fait marquant | Matière & Univers | Fusion nucléaire

Thermadiag : contrôle de procédé par l’image thermique


​Porté par Victor Moncada, le projet Thermadiag vise à valoriser l’expertise de l’IRFM en matière de systèmes logiciels pour l’exploitation de diagnostics d’imagerie thermique auprès des exploitants de tokamaks et des industriels utilisant des procédés à hautes températures.

Publié le 12 novembre 2014

​Dans les machines de fusion à confinement magnétique, les composants face au plasma sont soumis à de forts flux de chaleur pouvant entraîner leur endommagement. C’est pourquoi l’IRFM a développé pour son tokamak Tore Supra des diagnostics d’imagerie thermique performants, dédiés à la protection de ces composants et à la compréhension physique des phénomènes thermiques. Ces diagnostics s’intègrent à une plateforme logicielle complète (ThermaVIP, Viewing Imaging Platform) permettant d’acquérir, stocker, visualiser et interpréter automatiquement les images thermiques. Cette expertise est actuellement exploitée sur Tore Supra et sur le tokamak européen JET (Culham, UK).

Dans un premier temps, la future start-up Thermadiag offrira des systèmes logiciels sur mesure pour l’exploitation de diagnostics d’imagerie aux exploitants d’installations de fusion à travers le monde, notamment pour les tokamaks WEST (upgrade de Tore Supra) et JET, et le stellarator W7-X (Greifswald, Allemagne). Dans un deuxième temps, elle proposera ses services aux industries métallurgiques, sidérurgiques et pétrochimiques pour les aider à optimiser leur production en toute sécurité. Son objectif à plus long terme sera de répondre aux besoins du tokamak international Iter, actuellement en construction à Cadarache.

Le projet Thermadiag a été initié fin 2013 par trois ingénieurs de l’IRFM, Victor Moncada, Jean-Marcel Travère et Eric Gauthier. L’équipe projet a intégré en avril 2014 l’incubateur inter-universitaire Impulse, à Marseille, notamment avec le soutien des pôles de compétitivité RISQUES et OPTITEC. Elle va lancer une étude de marketing stratégique afin d’établir le modèle économique de la start-up avant sa création, prévue en juin 2015.

Haut de page

Haut de page