Vous êtes ici : Accueil > Découvrir et Comprendre > Les thèmes > Les accélérateurs de particules

Dossier multimédia | Matière & Univers | Physique | Accélérateur de particules

Les accélérateurs de particules

Quels sont les grands centres d'accélérateurs de particules dans le monde ?


​Si les accélérateurs de taille modeste se trouvent dans différents établissements médicaux ou industriels, les accélérateurs de tailles plus conséquentes ou en cours de développement, sont étudiés ou exploités dans des grands centres de recherche répartis principalement en Europe, en Amérique du Nord et en Asie.

Publié le 6 janvier 2016

Les accélérateurs de particules sont considérés comme des très grands instruments de recherche (TGIR).

Les centres de recherche sur les accélérateurs se trouvent dans de nombreux pays dans le monde où la recherche scientifique et technologique est importante ou se développe. Ils peuvent concevoir, fabriquer et tester des composants d'accélérateurs, en collaboration avec les entreprises industrielles. La plupart assure aussi le fonctionnement d'un système d'accélérateurs sur leur site propre. Ils sont tous à vocation internationale, tout composant pouvant résulter d'une collaboration entre plusieurs centres ou pays.

Voici quelques exemples de centres d’accélérateurs de particules :

  • France : IRFU/SACM (Saclay), IPNO, LAL (Orsay), SOLEIL (Saint Aubin), GANIL (Caen), ESRF (Grenoble)
  • Suisse : CERN (Genève), PSI (Villingen)
  • Allemagne : DESY (Hamburg), GSI (Darmstadt), COSY (Julich), BESSY (Berlin), ANKA (Karlsruhe)
  • Royaume-Uni : DIAMOND (Didcot), RAL (Oxford), STFC (Daresbury)
  • Suède : MAX-Lab (Lund), ESS (LUND)
  • Italie : ELETTRA (Trieste), INFN (Frascati, Legnaro, Catania)
  • Espagne : ALBA (Barcelona), CIEMAT (Madrid)
  • Etats-Unis : ALS (Berkeley), FNAL (Batavia), LANL (Los Alamos), SNS (Oak Ridge), ANL (Chicago), SLAC (Stanford), BNL (Upton), CHESS (Cornell)
  • Canada : TRIUMF (Vancouver), CLS (Saskatoon)
  • Brésil : LNLS (Campinas)
  • Thailande : SLRI (Nakhon Ratchasima)
  • Corée : PAL (Pohang), PEFP (Yueong)
  • Chine : SSRF (Shanghai), BEPC (Beijing), HLS (Hefei), IMP (Langzhou).
  • Japon : SPring-8 (Sayo-cho), KEK (Tsukuba), J-PARC (Tokai-mura)



VidéoChercheur de boson : spécialiste des aimants

VidéoChercheur de boson : physicienne des particules


Quels sont les métiers impliqués dans un accélérateur de particules ?

Les centres de recherche sur les accélérateurs de particules emploient chacun plusieurs centaines de techniciens, ingénieurs ou chercheurs. Au sein des accélérateurs de particules, les métiers impliqués sont très divers.

Quelques exemples :

  • Physique du faisceau de particules
  • Magnétisme
  • Radiofréquence et cavité accélératrice
  • Cryogénie
  • Chimie pour salle blanche et matériaux cryogéniques
  • Mécanique de précision
  • Technique du vide
  • Bureau d'études


A ces métiers s’ajoutent les métiers de la communauté des utilisateurs d'accélérateurs qui dépendent du type d'accélérateur.