Vous êtes ici : Accueil > Actualités > L'aimant IRM du projet Iseult vient d’atteindre un champ magnétique de 9,51T

Résultat scientifique | IRM | Cryogénie | Outils & instruments de recherche | Cerveau | Physique | Technologies

L'aimant IRM du projet Iseult vient d’atteindre un champ magnétique de 9,51T


​L'aimant du futur IRM à 11,7 teslas du projet Iseult à NeuroSpin (CEA Paris-Saclay) a atteint un champ magnétique de 9,51 teslas au cours des tests réalisés le mercredi 22 mai. Ce nouveau palier constitue un record puisque l'aimant est devenu à cette occasion le plus puissant aimant d'IRM au monde destiné à l'imagerie chez l'Homme avec une énergie stockée de 221 MJ. Cet excellent résultat est le fruit du travail de l'équipe du projet Iseult du CEA.

Publié le 24 mai 2019

L'aimant a atteint ce 22 mai 9,51T en utilisant le mode de chargement nominal et en conservant les réglages déjà utilisés au cours de la dernière montée à 8,3T. Un palier a été fait à 7T pour de nouvelles mesures magnétiques et des mesures de stabilité de champ, avant de monter à 9,51T pendant 30 minutes, puis de redescendre le courant en mode contrôlé, par l'alimentation électrique.

Avec ce nouveau palier, l'aimant dépasse en champ magnétique les aimants IRM les plus puissants en service en Europe (aux Pays-Bas et en Allemagne).

Avec son ouverture de 900 mm, cet aimant devient également, dès à présent, l'aimant d'IRM destiné à l'imagerie chez l'Homme le plus puissant au monde, avec une énergie stockée à 9,51T de 221 MJ (soit 66 % de l'énergie qui sera atteinte au champ nominal).

À titre de comparaison, l'aimant d'IRM actuellement en service à Minneapolis (États-Unis) est de 10,5T, mais avec une ouverture plus petite de 680 mm, et les deux projets concurrents à 11,75T en cours d'installation aux États-Unis et en Corée n'ont qu'une ouverture de 680 mm avec une énergie stockée de 190MJ.

Les tests de l'aimant vont laisser place aux travaux d'aménagement dans l'arche où est accueilli l'IRM pour permettre de reprendre en juillet la montée vers 11,75T.

En parallèle, les ingénieurs chercheurs du CEA vont analyser les nombreuses données collectées au cours des derniers mois, et poursuivre les tests des défauts potentiels de l'installation cryogénique, des systèmes de contrôle-commande, des équipements électriques et de toute l'instrumentation.

Haut de page

Haut de page